Posts Tagged ‘jean-marc rouillan’

Réseau Turbigo

7 octobre 2008
YYYY

Les mercenaires fanatisés – ne vous fiez pas à leur visage poupin – des sections d'assaut du Nouveau parti anticapitaliste ont pour la plupart été recrutés par Olivier Besancenot en personne lors de ses voyages répétés au Proche-Orient. Leur devise, à elle seule, glace le sang: “Éditorialiste, tu es sur ma liste!”

Avec mes amis néo-cons’, on a décidé d’entrer en clandestinité, histoire d’échapper aux rafles le jour où Benito Besancenot exécutera son coup d’État social-fasciste.

M’inspirant des nombreux documentaires que je visionne en boucle depuis quarante ans et qui ont forgé mon expertise sur la Résistance comme sur la Solution finale (je pense bien sûr à La Grande Vadrouille, à La Vache et le prisonnier ou encore au Jour le plus long), j’ai eu une idée étincelante – que n’eût certainement pas reniée Jean Moulin – pour protéger nos véritables identités, et ainsi éviter que notre réseau nouveau-né soit démantelé en cas de pépin.

(more…)

Publicités

Bombardons Kaboul-sur-Ouèbe

2 octobre 2008
le seul avantage

Le seul avantage avec la burqa, c'est que ça permet aux Afghanes opprimée de dévorer “Charlie Hebdo” à l'insu des talibans. (Ci-dessus, deux journalistes de la presse féminine rient aux éclats devant le numéro spécial consacré aux caricatures du prophète.)

Enough is enough !

Je viens d’écrire à Michel Boyon, le président du CSAA (Conseil supérieur de l’audiovisuel atlantique) une lettre incendiaire – magnanime, j’en ai toutefois profité pour lui conseiller de ne jamais tourner le dos à Rachid Arhab, cet adepte du sourire kabyle dont le patronyme est une quasi-fatwa.

Cela fait maintenant une semaine que le scandale se perpétue, sans même faire la une de Libé ou du Nouvel Obs – Laurent! Denis! n’attendez pas que Joinville-le-Pont devienne l’Oradour-sur-Glane de la Guerre des civilisations! Pendant cet interminable carême de l’information, long comme un jour sans pain au chocolat, mon sang a bouilli, mes supporters ont fait les cent pas d’ici à là-bas, en se rongeant les ongles des pieds, mais je me suis abstenu de réagir. Je n’en ai appelé ni au peuple ni à l’Otan, malgré d’obsédantes démangeaisons.

(more…)