Posts Tagged ‘israël’

Judéobsédé

11 février 2009

obsession-poster_85x112Cette semaine, j’étais convoqué à Sainte-Anne pour ma visite mensuelle chez le Pap (psychiatre de l’application des peines). Ces salopiots en blouse blanche ont en effet assorti ma libération d’une condition: me soumettre à des examens réguliers censés leur permettre de mesurer l’évolution de ce qu’ils appellent, pompeusement, ma “santé mentale”.

Décidément, depuis la seconde Intifada le monde marche sur la tête! S’assurer de la bonne santé mentale d’un éditorialiste en vue, c’est aussi incongru que de contrôler les urines d’un cycliste sur le Tour de France. Heureusement que je suis connu pour mon sens de l’humour!

(more…)

Levée d’écrou

14 janvier 2009
2_shining1

En déportation, comme autrefois en pensionnat, j'ai servi de bouc émissaire. Jack, de la chambre d'à coté, n'arrêtait pas de me poursuivre avec une hache en plastique en hurlant: "Wendy!" On s'entendait bien malgré tout car nous sommes tous deux écrivains. Lui écrit des livres avec une seule phrase; et moi j'ai pondu tous mes puddings à partir d'une seule idée – courte.

Le complice du Dr Petiot (je crois qu’il se nomme Mengele ou quelque chose comme ça) a fini par se rendre à l’évidence: sans moi, la France n’est plus tout à fait la France. Alors il a signé mon autorisation de sortie, non sans en référer préalablement au préfet de police de Paris (je crois qu’il se nomme Papon ou quelque chose comme ça), qui avait demandé mon internement (ma déportation, devrais-je dire) il y a deux mois et demi.

Et me voilà, errant sur le trottoir de la rue Cabanis, tel un hamster abandonné sur une aire d’autoroute au début du mois d’août, avec pour seuls bagages mes livres fétiches: Ennemis publics, de Laurel et Hardy, et “L’Éthique” pour les Nuls, de Michel Onfray. Me faire ça à moi! Je ne sais pas si c’est la proximité de la prison de la Santé ou quoi, mais je me sens un peu comme un islamiste du Hamas rendu à la liberté par le régime socialo-communiste de Nicolas Sarkozy (jamais avare de son laxisme envers les ennemis de la laïcité) après douze années de préventive.

(more…)

Siné, vieux con ! Tous avec Torreton !

8 septembre 2008
À sa table de travail, un Philippe Torreton concentré relit l'interview dans laquelle

Dans son bureau de la mairie de Paris, où il aime à se travestir, comme à l'époque où il était la coqueluche du Théâtre des 2 Ânes, Philippe Torreton, concentré comme jamais, à sa table de travail, pèse chaque mot de sa pétition de soutien à Philippe Val…

Sous le coup d’une légitime colère (voir mon billet précédent), j’allais omettre de vous faire part d’un message de soutien découvert ce week-end et qui m’a fait chaud à la mâchoire.

Philippe Torreton, ci-devant sociétaire de la Comédie française et cadre brillant du PS modernisé (version 5.0), oui, Philippe Torreton a courageusement déclaré, en substance, dans un quotidien belge, qu’il préférait se tromper avec Philippe Val plutôt qu’avoir raison avec Siné.

Venant d’un grand Résistant ségoléno-delanoïste, délégué à la citoyenneté, à la lutte contre les discriminations et aux événements artistiques auprès du maire du 9e arrondissement de Paris, ce vibrant hommage vaut toutes les Légions d’honneur du monde:

‘Je suis tout à fait d’accord avec Philippe Val, le directeur de Charlie Hebdo, qui est loin, comme on a pu le lire, d’être un réac’, martèle le comédien, choqué [par] la phrase de Siné qui, pour rappel, insinuait lourdement que le fils Sarkozy n’allait plus avoir de soucis d’argent puisqu’il va épouser une Juive. ‘Dans L’Express, Plantu a dessiné Philippe Val en habits fascistes en train d’expulser Siné; et comme par hasard, le bras était un salut hitlérien. C’est sidérant de voir qu’il y a des gens qui n’arrivent pas à comprendre. Si Siné est un vieux con, c’est un vieux con. C’est tellement confortable de dire, comme il le revendique et je dis ça entre guillemets, qu’il “chie sur tout le monde”. Ça permet de ne penser à rien. Quand on est pour quelque chose, on prend un risque, on s’expose. Heureusement qu’il y a des gens qui prennent des risques, même s’ils se plantent. » […]

‘Je trouve que l’indignation ne doit pas être sélective. Il faut soutenir Israël, c’est une démocratie. Alors qu’aucun pays musulman n’est une démocratie, il faut le savoir.’ […]”

Philippe, mon homonyme, mon presque frère, il y aura toujours une Tourtel au frais pour toi dans le frigo de Charlie!

La branche hip-hop d’Al Qaida

5 septembre 2008
Légende

Au-delà du périphérique, les enfants-soldats issus de l'immigration font régner la terreur antisémite. Il serait temps que les Munichois qui nous gouvernent en tirent les conséquences gynécologiques.

Lectrice, lecteur, cramponne-toi à ton fauteuil Louis XV.

Cette fois-ci, c’est plus pour de rire.

Ils sont là, à nos portes, dissimulés derrière le périph’. Que dis-je! Ils ont déjà forcé l’entrée et s’insinuent dans Paris comme des trous dans du gruyère.

Comment ça, Qui?, charmante Elvire! Mais les loups, pardi! Les mangeurs d’enfants d’Al Qaida.

Poseurs de bombes, tueurs de juifs, spoliateurs d’actionnaires, tous armés jusqu’aux dents, gorgés de haine anticapitaliste, gesticulant de manière inquiétante et éructant leurs “Zyva” sur le sentier de la guerre des civilisations…

Comment ça, Accouche!, charmante Elvire?  Je parle bien sûr des rappeurs, cette vermine à peine française qui ne connaît de Voltaire que la station de métro éponyme et qui, au lieu d’aller bosser chez MacDo comme tout honnête citoyen, rêve d’un nouvel Holocauste en s’adonnant aux tournantes.

C’est un repenti – donc un gars crédible – qui dévoile le pot-aux-roses. Un brave garçon, certes un peu obsédé par la sodomie – il est vrai qu’il a eu une enfance difficile dans le neuf-trois –, mais qui, à force de persévérance, a réussi à se libérer de la camisole paramilitaire qui enserre les HLM franciliennes, ces zones de non-droit où l’on a déjà programmé l’extermination des “Gaulois” et des “feujs” – comme ils disent à Ouarzazate-sur-Seine –, pour rejoindre le maternel giron rachidadatiste.

Cet ex-chanteur de variétés, autrefois proche des poseurs de bombes islamiques de Sarcelles, fait honneur à la méritocratie à la française puisque, après avoir repris des études de médecine, il est aujourd’hui un spécialiste mondialement reconnu de l’appareil génital féminin.

Je veux bien sûr parler de Doc Gynécologue.

Dans une interview initialement parue dans le journal progressiste Israël Magazine, interview qui marquera au fer rouge l’histoire de la lutte contre l’obscurantisme, ce lanceur d’alerte préconise, en substance, que les forces spéciales soient déployées dans les quartiers populaires, de Marseille à Lille, afin de repousser l’invasion hip-hopo-benladiste et son cortège de pogroms.

Cet entretien est d’autant plus passionnant qu’il est conduit avec brio par un journaliste dont la subtilité des questions – aussi ouvertes que le sommet annuel du groupe de Bilderberg l’est aux altermondialistes –, la culture – vaste comme un territoire occupé – et la pondération – digne des artilleurs de Tsahal – m’incitent à lui proposer de tenir une chronique régulière dans Charlie. Comme titre, j’ai pensé à “Autodéfense civile”.

Doc Gynécologue est par ailleurs secondé dans ses réponses par son ex, un écrivain germanopratin – donc talentueux – qui a laissé sur la littérature contemporaine une trace au moins aussi profonde que celle de mes éditos de France Inter sur l’histoire des idées, j’ai nommé l’incontournable Christine “te-trompe-pas-de-trou” Angot.

Un seul extrait suffira, je l’espère, à vous édifier:

David Reinharc : Vous préconisez la violence comme moyen légitime pour les Juifs de répondre à l’hostilité?


Doc Gynéco[logue] : Pour avoir pratiqué ces gens-là, je peux vous dire qu’ils sont en guerre.


David Reinharc : C’est qui, “ces gens-là”?

Doc Gynéco[logue] : Ceux qui ont besoin de tuer du Juif. Pour ceux-là, c’est la guerre à l’intérieur de nos frontières. Regardez Ilan [Halimi, note du philosophe]: tout le monde savait. Des filles, des garçons: on va loin, là. Tous complices: des trentaines de personnes étaient là, personne n’a bronché. Les Juifs doivent savoir se défendre comme ils l’ont toujours fait: c’est la guerre, vous savez. A un moment donné, il faut se battre: il ne faut pas avoir peur de se montrer violent. J’ai connu des Juifs réputés parce qu’ils se sont défendus chaque fois. Tout le temps. Ils sont respectés.

Christine Angot : Si vous regardez Le Chagrin et la pitié, on est encore dans la même France.

Je ne vous en cite pas plus, je dois filer chez l’armurier m’acheter un flash-ball. N’oubliez pas que je réside à Joinville-le-Pont, dans une zone à risque, et que la femme de ménage de Charlie est antillaise, donc potentiellement dieudonniste.

PS: ma collègue Caroline me glisse que pour sa part, elle a déjà dénoncé la nazification galopante des descendants d’immigrés dans une de ces chroniques qui font la fierté de Culture France et contribuent à marginaliser le FN en lui retirant le pain de la bouche.