Posts Tagged ‘caricature’

Satiricon

25 février 2009

Ô rage ! ô désespoir ! ô maudit TGI !
N’ai-je donc tant déçu que pour cette infamie ?
Et me suis-je compromis en éditos guerriers
Pour voir un jour Thémis me mettre une branlée ?
Puddings qu’avec respect tout Saint-Germain admire,
Chroniques qui tant de fois ont sauvé cet empire,
Éditos dévoués au fils de leur roi,
Loués par la Licra, vous-ont ils lu, ma foi ?
Ô cruels magistrats, juges fanatisés!
Qui, de votre charia, en un jour extirpez
Les mots de BHL du profond de nos cœurs !
Précipice lyonnais d’où tombe votre honneur !
Voulez-vous que j’attise le courroux de Cabu ?
Que j’envoie Wolinski me venger à mains nues ?
Si ça ne suffit pas, j’ai mon arme secrète ;
Sœur Caroline est là, avec son arbalète.
Fléchette dans Le Monde, fléchette sur France Cul’
Et ces enjuponnés iront se faire dessus.
Et vous, de mes exploits glorieux instruments,
D’une plume acérée précieux ornements,
Éditos qu’on croirait de la main de Voltaire
Vous pulvériserez ces attendus pervers.
Et des antisémites dans la magistrature
La liste nous irons porter en préfecture.

Publicités

L’incompris

4 novembre 2008

Ma promo sur Fox News

15 septembre 2008
    Pour Daniel Leconte comme pour moi, la montée des marches, à Cannes, demeure un moment inoubliable…

Pour Daniel Leconte comme pour moi, la montée des marches, à Cannes, demeurera un moment inoubliable…

Fox News : Philippe Val, pouvez-vous vous présenter à l’intention de ceux de nos téléspectateurs qui ne vous admireraient pas encore?

Moi : Eh bien, ce n’est pas évident car j’ai eu une vie bien remplie. Je préfère renvoyer vos téléspectateurs à la biographie que Jean Lacouture m’a consacrée: Le Destin d’un petit chef, traduite aux États-Unis par les Éditions White House sous le titre Sir! Yes Sir!

(more…)

Caricaturologie

13 août 2008

Jean Plantureux est un dessinateur français d’extrême droite.

Sorti diplômé de l’école des Beaux Arts de Berlin en 1936, il intègre les Hitlerjugend où il sera rapidement repéré par Goebbels. Il rejoint alors la Propagandastaffel, pour le compte de laquelle il réalise plusieurs affiches antijuives.

À la Libération, il parvient à fuir l’Europe pour la Syrie, où il réside sous la fausse identité de Plantu. Une fois ses forfaits prescrits, il revient en France où Le Monde aura la faiblesse de publier ses dessins à partir de 1972 – ce que fera également, sans rougir de honte, L’Express à partir de 1991.

Ancien homme de main du terroriste Arafat, dessinateur fétiche du Hezbollah, Plantu aurait de plus, selon les informations de mon amie Caroline, favorisé la cavale d’Oussama Ben Laden – avec l’aide de Siné.