Posts Tagged ‘antisémitisme’

Le tautologisme me sert de prêt-à-penser

12 avril 2015

freud— Alors, c’est grave Docteur?

— …

— Répondez quelque chose… vous m’inquiétez, là!

— À votre avis?

— Mais je ne sais pas, moi! Si je le savais, je ne serais pas venu dilapider les dividendes de Charlie Hebdo sur votre divan!

— Pourquoi, selon vous, êtes-vous devenu la risée des réseaux sociaux depuis que vous avez débuté la promotion de ce livre? (more…)

Satiricon

25 février 2009

Ô rage ! ô désespoir ! ô maudit TGI !
N’ai-je donc tant déçu que pour cette infamie ?
Et me suis-je compromis en éditos guerriers
Pour voir un jour Thémis me mettre une branlée ?
Puddings qu’avec respect tout Saint-Germain admire,
Chroniques qui tant de fois ont sauvé cet empire,
Éditos dévoués au fils de leur roi,
Loués par la Licra, vous-ont ils lu, ma foi ?
Ô cruels magistrats, juges fanatisés!
Qui, de votre charia, en un jour extirpez
Les mots de BHL du profond de nos cœurs !
Précipice lyonnais d’où tombe votre honneur !
Voulez-vous que j’attise le courroux de Cabu ?
Que j’envoie Wolinski me venger à mains nues ?
Si ça ne suffit pas, j’ai mon arme secrète ;
Sœur Caroline est là, avec son arbalète.
Fléchette dans Le Monde, fléchette sur France Cul’
Et ces enjuponnés iront se faire dessus.
Et vous, de mes exploits glorieux instruments,
D’une plume acérée précieux ornements,
Éditos qu’on croirait de la main de Voltaire
Vous pulvériserez ces attendus pervers.
Et des antisémites dans la magistrature
La liste nous irons porter en préfecture.

Judéobsédé

11 février 2009

obsession-poster_85x112Cette semaine, j’étais convoqué à Sainte-Anne pour ma visite mensuelle chez le Pap (psychiatre de l’application des peines). Ces salopiots en blouse blanche ont en effet assorti ma libération d’une condition: me soumettre à des examens réguliers censés leur permettre de mesurer l’évolution de ce qu’ils appellent, pompeusement, ma “santé mentale”.

Décidément, depuis la seconde Intifada le monde marche sur la tête! S’assurer de la bonne santé mentale d’un éditorialiste en vue, c’est aussi incongru que de contrôler les urines d’un cycliste sur le Tour de France. Heureusement que je suis connu pour mon sens de l’humour!

(more…)

L’incompris

4 novembre 2008

Freud, reviens, je vais devenir fou

31 octobre 2008
Je n'ai jamais connu mon grand-père paternel…

Je n'ai jamais connu mon grand-père maternel. Il est décédé l'année précédant ma naissance, dans sa maison de retraite de Port-Joinville. C'est d'ailleurs pour honorer sa mémoire que j'ai choisi de m'installer à Joinville-le-Pont…

Tout a commencé hier, en début d’après-midi, tandis que je m’adonnais à mon passe-temps favori: comptabiliser le nombre de milliers d’injures qui se déversent quotidiennement sur mon nom dans les cyber-commentaires aux articles dont je suis le sujet. Sur marianne2.fr, je venais d’entamer la seconde centaine de crachats faisant suite à un article venimeux qui me comparait à la Castafiore sarkozyste Nadine Morano lorsque la lecture du commentaire numéroté 106 provoqua un séisme en mon for – de Vincennes – intérieur. Je le cite in extenso:

106. Posté par Laulau le 30/10/2008 14:15
Val a raison de se réclamer de Voltaire grand critique des injustices de son temps mais finissant sa vie à l’abri des puissants de l’époque.
Val a le même genre [de] parcours, né en 1952 avec Philippe comme prénom, m’étonnerait que ses parents fussent de gauche!
Sans doute révolté de 1968 il fait parti des gauchistes, maoïstes et autres qui se retrouvent 40 ans plus tard à la tête d’organes de presse pour bobos pour défendre l’occident libéral.

(more…)

La branche hip-hop d’Al Qaida

5 septembre 2008
Légende

Au-delà du périphérique, les enfants-soldats issus de l'immigration font régner la terreur antisémite. Il serait temps que les Munichois qui nous gouvernent en tirent les conséquences gynécologiques.

Lectrice, lecteur, cramponne-toi à ton fauteuil Louis XV.

Cette fois-ci, c’est plus pour de rire.

Ils sont là, à nos portes, dissimulés derrière le périph’. Que dis-je! Ils ont déjà forcé l’entrée et s’insinuent dans Paris comme des trous dans du gruyère.

Comment ça, Qui?, charmante Elvire! Mais les loups, pardi! Les mangeurs d’enfants d’Al Qaida.

Poseurs de bombes, tueurs de juifs, spoliateurs d’actionnaires, tous armés jusqu’aux dents, gorgés de haine anticapitaliste, gesticulant de manière inquiétante et éructant leurs “Zyva” sur le sentier de la guerre des civilisations…

Comment ça, Accouche!, charmante Elvire?  Je parle bien sûr des rappeurs, cette vermine à peine française qui ne connaît de Voltaire que la station de métro éponyme et qui, au lieu d’aller bosser chez MacDo comme tout honnête citoyen, rêve d’un nouvel Holocauste en s’adonnant aux tournantes.

C’est un repenti – donc un gars crédible – qui dévoile le pot-aux-roses. Un brave garçon, certes un peu obsédé par la sodomie – il est vrai qu’il a eu une enfance difficile dans le neuf-trois –, mais qui, à force de persévérance, a réussi à se libérer de la camisole paramilitaire qui enserre les HLM franciliennes, ces zones de non-droit où l’on a déjà programmé l’extermination des “Gaulois” et des “feujs” – comme ils disent à Ouarzazate-sur-Seine –, pour rejoindre le maternel giron rachidadatiste.

Cet ex-chanteur de variétés, autrefois proche des poseurs de bombes islamiques de Sarcelles, fait honneur à la méritocratie à la française puisque, après avoir repris des études de médecine, il est aujourd’hui un spécialiste mondialement reconnu de l’appareil génital féminin.

Je veux bien sûr parler de Doc Gynécologue.

Dans une interview initialement parue dans le journal progressiste Israël Magazine, interview qui marquera au fer rouge l’histoire de la lutte contre l’obscurantisme, ce lanceur d’alerte préconise, en substance, que les forces spéciales soient déployées dans les quartiers populaires, de Marseille à Lille, afin de repousser l’invasion hip-hopo-benladiste et son cortège de pogroms.

Cet entretien est d’autant plus passionnant qu’il est conduit avec brio par un journaliste dont la subtilité des questions – aussi ouvertes que le sommet annuel du groupe de Bilderberg l’est aux altermondialistes –, la culture – vaste comme un territoire occupé – et la pondération – digne des artilleurs de Tsahal – m’incitent à lui proposer de tenir une chronique régulière dans Charlie. Comme titre, j’ai pensé à “Autodéfense civile”.

Doc Gynécologue est par ailleurs secondé dans ses réponses par son ex, un écrivain germanopratin – donc talentueux – qui a laissé sur la littérature contemporaine une trace au moins aussi profonde que celle de mes éditos de France Inter sur l’histoire des idées, j’ai nommé l’incontournable Christine “te-trompe-pas-de-trou” Angot.

Un seul extrait suffira, je l’espère, à vous édifier:

David Reinharc : Vous préconisez la violence comme moyen légitime pour les Juifs de répondre à l’hostilité?


Doc Gynéco[logue] : Pour avoir pratiqué ces gens-là, je peux vous dire qu’ils sont en guerre.


David Reinharc : C’est qui, “ces gens-là”?

Doc Gynéco[logue] : Ceux qui ont besoin de tuer du Juif. Pour ceux-là, c’est la guerre à l’intérieur de nos frontières. Regardez Ilan [Halimi, note du philosophe]: tout le monde savait. Des filles, des garçons: on va loin, là. Tous complices: des trentaines de personnes étaient là, personne n’a bronché. Les Juifs doivent savoir se défendre comme ils l’ont toujours fait: c’est la guerre, vous savez. A un moment donné, il faut se battre: il ne faut pas avoir peur de se montrer violent. J’ai connu des Juifs réputés parce qu’ils se sont défendus chaque fois. Tout le temps. Ils sont respectés.

Christine Angot : Si vous regardez Le Chagrin et la pitié, on est encore dans la même France.

Je ne vous en cite pas plus, je dois filer chez l’armurier m’acheter un flash-ball. N’oubliez pas que je réside à Joinville-le-Pont, dans une zone à risque, et que la femme de ménage de Charlie est antillaise, donc potentiellement dieudonniste.

PS: ma collègue Caroline me glisse que pour sa part, elle a déjà dénoncé la nazification galopante des descendants d’immigrés dans une de ces chroniques qui font la fierté de Culture France et contribuent à marginaliser le FN en lui retirant le pain de la bouche.

Avec le Crif, interdisons Internet

6 août 2008
Non seulement les internautes sont antisémites, mais en plus ils ne se brossent pas les dents, dénonce le Crif.

Non seulement les internautes sont antisémites, mais en plus ils ne se brossent pas les dents, dénonce le Crif.

Tout à l’heure, en plein bouclage, j’ai reçu un SMS d’Alexei: “Le Crif vient de publier un communiqué pour te soutenir. Mazel Tov!”

J’étais tellement bouleversé de lire ça que j’en ai renversé ma chope de Badoit sur un dessin super drôle de Cabu, pressenti pour la une de mercredi, où on voit Tariq Ramadan et Jean-Marc Rouillan tailler une pipe à Olivier Besancenot.

Sans même prendre le temps de m’excuser, j’ai couru comme un fou vers mon ordinateur pour voir si je trouvais la trace de cette grande nouvelle sur Glougheul Actualités – à la grande surprise des copains de la rédaction, qui ne m’avaient jamais vu, en quinze ans, me connecter au Ouèbe.

Au moment d’appuyer sur la touche “Rechercher”, j’avoue que mon cœur battait la chamade.

Hosanna ! Alexei avait dit vrai. Même les benlado-trotskistes de Nouvelobs.com, dont ma collègue Caroline m’a affirmé ce week-end qu’ils ne faisaient rien qu’à jeter de l’huile antisémite sur mon feu de camp républicain depuis le début de l’affaire, n’avaient pas d’autre choix que de répercuter la nouvelle: “Affaire Siné: le Crif apporte son soutien à Val”.

Rendu audacieux par cette nouvelle enthousiasmante, je suis parti – seul – à la recherche du site Internet du Conseil représentatif des institutions juives de France. Je l’ai localisé à force de patients efforts, et là, j’ai cliqué sur la rubrique “Communiqués”. En tête de liste figurait ce vibrant hommage à moi-même. J’étais un peu déçu que ça ne soit pas plus long, mais qu’est-ce que vous voulez, en plein milieu des grandes vacances j’imagine qu’ils n’ont que des stagiaires sous-payés pour faire le boulot, comme à Charlie.

Du coup, je ne résiste pas à vous faire – comme disent les jeunes – un copier-coller (c’est Riss, qui s’y connaît en ordinateurs, qui m’a montré):

Le CRIF soutient Philippe Val

Le CRIF apporte son soutien à Philippe Val, qui a sanctionné Siné à la suite de son dérapage à propos de la fausse nouvelle de la conversion de Jean Sarkozy au judaïsme.
Le CRIF tient à affirmer sa solidarité avec le directeur de Charlie Hebdo dont la décision fait l’objet d’une véritable campagne de haine.
Le CRIF rappelle que ce n’est pas la première fois que Siné commet de tels dérapages.

Comme dirait Ivan, ite missa est!
J’étais si heureux de voir une nouvelle organisation progressiste s’ajouter à la liste déjà longue de mes soutiens de gauche que je suis resté un moment, songeur, à naviguer sur leur site. J’ai été bien inspiré car je me suis découvert avec le Crif bien d’autres points en commun que la chasse aux sorcières et la lutte contre le communautarisme. Si j’avais su ce que j’allais découvrir, d’ailleurs, je crois que j’aurais un peu attendu avant de poster mon billet de ce matin. Figurez-vous que le Crif vient de publier une étude qui montre qu’Internet est un repaire de nazis du Ku Klux Klan. Comme vous le savez, j’avais alerté les lecteurs de Charlie sur cette ignominie qu’est le Ouèbe dès 2001, ce qui était d’autant plus remarquable qu’à cette date je ne m’en étais servi qu’une seule fois, pour réserver un billet de TGV en l’absence de ma secrétaire. Voici ce que j’écrivais à l’époque:

Qui est prêt à dépenser de l’argent à fonds perdus pour avoir son petit site personnel ? Des tarés, des maniaques, des fanatiques, des mégalomanes, des paranoïaques, des nazis, des délateurs qui trouvent là un moyen de diffuser mondialement leurs délires, ou leur haine, ou leurs obsessions.

Malheureusement, je n’avais pas été entendu lorsqu’il était encore temps. La cyber-Kommandantur a désormais pignon sur rue! Lisez vous-mêmes le résumé de cette enquête inquiétante:

Le texte de Laurent Duguet publié pour ce treizième numéro des Études du CRIF est important parce qu’il énumère consciencieusement ce qu’en l’état nous pourrions appeler un tout-à-l’égout, où tout peut s’écouler. Il faut en effet surfer sur le Net pour comprendre ce qu’il en est. On y trouve les brûlots du Ku Klux Klan, des manuels de la S.S., les Protocoles des Sages de Sion, des opuscules néonazies (sic), toute la propagande falsificatrice des négationnistes, des milliers de livres racistes et antisémites, de longues diatribes et des appels au meurtre contre les Juifs et d’autres minorités, des éléments justifiant le recours au Djihad et à la violence contre les « mécréants », toutes les images, tous les textes qui bafouent la dignité humaine et tous les commerces qui crachent sur nos tombes et foulent au pied les droits de l’homme.

Ça m’a fait froid dans le dos. Mais que fait la police? me suis-je demandé, en mon for intérieur. Eh bien, la police préfère verbaliser les automobilistes qui roulent trop vite, au mépris de la liberté individuelle. Et le Crif est bien obligé de nous préparer à la seule solution digne de ce nom, face à un tel danger: interdire Internet.

Il est donc temps d’affirmer haut et fort qu’il vient un moment où le nécessaire respect de la liberté d’expression se heurte à la non moins nécessaire protection des personnes visées par les menaces et les violences racistes proférées. Et, tout comme dans le monde réel, le monde virtuel ne doit pas être le refuge de toutes les provocations qui bafouent constamment la nature humaine.

Il faut donc rappeler que, si dans les pays occidentaux, la liberté d’expression est un droit constitutionnel, les instances judiciaires les plus élevées de nombreux pays européens estiment que les dispositions interdisant l’incitation à la haine raciale et à la diffusion de propos racistes et antisémites constituent des restrictions raisonnables et nécessaires.

Comme on ne peut pas passer son temps à poursuivre en justice tous les négationnistes et jihadistes qui veulent remettre Hitler sur le trône, je crois que l’interdiction pure et simple de cet outil forgé par Belzébuth serait une mesure de salubrité publique que n’eût pas reniée Voltaire. Je viens d’ailleurs d’appeler Caroline pour lui suggérer de rédiger le texte d’une pétition à son retour de vacances.

J’ai téléchargé le rapport, je vous tiendrai au courant quand je l’aurai fini, mais en le feuilletant j’ai aperçu la sinistre bobine du vil Ahmadinejad, ce qui me fait dire qu’Alexei a mis dans le mille et  que l’interdiction du Ouèbe ne suffira pas: les vrais démocrates que nous sommes devront aussi prendre leurs responsabilités en rasant l’Iran de la carte.

Pour qu’enfin règnent la paix et la concorde entre les hommes…