Sarkocorico !

2 avril 2009

Françaises, Français de souche, nous interrompons nos programmes pour un flash spécial.

Philippe Val choisi par l’Élysée pour diriger l’antenne de France Inter
NOUVELOBS.COM | 02.04.2009 | 18:43

Nicolas Sarkozy a choisi le patron de “Charlie Hebdo” pour diriger l’antenne de France Inter. Sa nomination pourrait avoir lieu après l’arrivée de Jean-Luc Hees à la tête de Radio France.

val

Tu as raison, Jean-Luc: Caroline est tout indiquée pour reprendre “Là-bas si j'y suis”…

La politique d’ouverture destinée à déstabiliser la gauche se poursuit: Nicolas Sarkozy a nommé Jean-Luc Hees a la tête de Radio France – ce n’est plus une surprise, c’est même officiel – mais il a également choisi celui qui dirigera bientôt l’antenne de France Inter: ce sera Philippe Val, le patron de Charlie Hebdo et éditorialiste le vendredi matin sur l’antenne de France Inter. Le choix ne manque pas d’une certaine logique: Hees et Val sont de vieux amis et Philippe Val est aussi un ami de Carla Bruni…

Dans ce qu’il faut appeler l’“affaire Charlie, Philippe Val a aussi été un défenseur, de facto, du fils et de la belle-fille du président de la République. Voilà qui peut donc expliquer le choix de Val par l’Élysée, mais qui ne suffira peut être pas à rassurer au sein de l’UMP, déjà fort énervée par les différentes nominations de gauche faites par le Président… Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Satiricon

25 février 2009

Ô rage ! ô désespoir ! ô maudit TGI !
N’ai-je donc tant déçu que pour cette infamie ?
Et me suis-je compromis en éditos guerriers
Pour voir un jour Thémis me mettre une branlée ?
Puddings qu’avec respect tout Saint-Germain admire,
Chroniques qui tant de fois ont sauvé cet empire,
Éditos dévoués au fils de leur roi,
Loués par la Licra, vous-ont ils lu, ma foi ?
Ô cruels magistrats, juges fanatisés!
Qui, de votre charia, en un jour extirpez
Les mots de BHL du profond de nos cœurs !
Précipice lyonnais d’où tombe votre honneur !
Voulez-vous que j’attise le courroux de Cabu ?
Que j’envoie Wolinski me venger à mains nues ?
Si ça ne suffit pas, j’ai mon arme secrète ;
Sœur Caroline est là, avec son arbalète.
Fléchette dans Le Monde, fléchette sur France Cul’
Et ces enjuponnés iront se faire dessus.
Et vous, de mes exploits glorieux instruments,
D’une plume acérée précieux ornements,
Éditos qu’on croirait de la main de Voltaire
Vous pulvériserez ces attendus pervers.
Et des antisémites dans la magistrature
La liste nous irons porter en préfecture.

Judéobsédé

11 février 2009

obsession-poster_85x112Cette semaine, j’étais convoqué à Sainte-Anne pour ma visite mensuelle chez le Pap (psychiatre de l’application des peines). Ces salopiots en blouse blanche ont en effet assorti ma libération d’une condition: me soumettre à des examens réguliers censés leur permettre de mesurer l’évolution de ce qu’ils appellent, pompeusement, ma “santé mentale”.

Décidément, depuis la seconde Intifada le monde marche sur la tête! S’assurer de la bonne santé mentale d’un éditorialiste en vue, c’est aussi incongru que de contrôler les urines d’un cycliste sur le Tour de France. Heureusement que je suis connu pour mon sens de l’humour!

Lire le reste de cette entrée »

Oui, nous pouvons pouvoir (en pouvant)

19 janvier 2009
légende

Pour aider Baruch Obama à fortifier la démocratie antiterroriste américaine, j'ai décidé, à titre exceptionnel, d'abonner la Maison Blanche à “Charlie Hebdo”.

Ma déportation hospitalière m’a tenu éloigné de vous à un moment où vous aviez particulièrement besoin de mes lumières. À la cantine de Sainte-Anne, ce fameux 4 novembre 2008, je vous imaginais perdus, cherchant à tâtons, dans la nuit sans lune de la géopolitique complexe du XXIe siècle agonisant, le faisceau rassurant de la lampe à pétrole qui me tient lieu d’intellect.

Des événements comme celui-là, sans un Philippe V. pour en analyser la portée, c’est du gâchis, je suis bien d’accord avec vous. Je m’étonne d’ailleurs que les Américains, qui sont pourtant le peuple le plus évolué de la terre, n’aient pas décidé à l’unanimité de reporter cette élection de quelques semaines en attendant ma levée d’écrou.

Lire le reste de cette entrée »

Levée d’écrou

14 janvier 2009
2_shining1

En déportation, comme autrefois en pensionnat, j'ai servi de bouc émissaire. Jack, de la chambre d'à coté, n'arrêtait pas de me poursuivre avec une hache en plastique en hurlant: "Wendy!" On s'entendait bien malgré tout car nous sommes tous deux écrivains. Lui écrit des livres avec une seule phrase; et moi j'ai pondu tous mes puddings à partir d'une seule idée – courte.

Le complice du Dr Petiot (je crois qu’il se nomme Mengele ou quelque chose comme ça) a fini par se rendre à l’évidence: sans moi, la France n’est plus tout à fait la France. Alors il a signé mon autorisation de sortie, non sans en référer préalablement au préfet de police de Paris (je crois qu’il se nomme Papon ou quelque chose comme ça), qui avait demandé mon internement (ma déportation, devrais-je dire) il y a deux mois et demi.

Et me voilà, errant sur le trottoir de la rue Cabanis, tel un hamster abandonné sur une aire d’autoroute au début du mois d’août, avec pour seuls bagages mes livres fétiches: Ennemis publics, de Laurel et Hardy, et “L’Éthique” pour les Nuls, de Michel Onfray. Me faire ça à moi! Je ne sais pas si c’est la proximité de la prison de la Santé ou quoi, mais je me sens un peu comme un islamiste du Hamas rendu à la liberté par le régime socialo-communiste de Nicolas Sarkozy (jamais avare de son laxisme envers les ennemis de la laïcité) après douze années de préventive.

Lire le reste de cette entrée »

L’incompris

4 novembre 2008

Freud, reviens, je vais devenir fou

31 octobre 2008
Je n'ai jamais connu mon grand-père paternel…

Je n'ai jamais connu mon grand-père maternel. Il est décédé l'année précédant ma naissance, dans sa maison de retraite de Port-Joinville. C'est d'ailleurs pour honorer sa mémoire que j'ai choisi de m'installer à Joinville-le-Pont…

Tout a commencé hier, en début d’après-midi, tandis que je m’adonnais à mon passe-temps favori: comptabiliser le nombre de milliers d’injures qui se déversent quotidiennement sur mon nom dans les cyber-commentaires aux articles dont je suis le sujet. Sur marianne2.fr, je venais d’entamer la seconde centaine de crachats faisant suite à un article venimeux qui me comparait à la Castafiore sarkozyste Nadine Morano lorsque la lecture du commentaire numéroté 106 provoqua un séisme en mon for – de Vincennes – intérieur. Je le cite in extenso:

106. Posté par Laulau le 30/10/2008 14:15
Val a raison de se réclamer de Voltaire grand critique des injustices de son temps mais finissant sa vie à l’abri des puissants de l’époque.
Val a le même genre [de] parcours, né en 1952 avec Philippe comme prénom, m’étonnerait que ses parents fussent de gauche!
Sans doute révolté de 1968 il fait parti des gauchistes, maoïstes et autres qui se retrouvent 40 ans plus tard à la tête d’organes de presse pour bobos pour défendre l’occident libéral.

Lire le reste de cette entrée »

Le Procès (de Philippe V.)

29 octobre 2008

légende

Tout bien réfléchi, je me demande si Alexei et Bernard ont eu raison de demander le rétablissement de la peine capitale pour les délits de presse…

– Accusé, veuillez vous lever et décliner vos nom, prénom, âge et profession…

– Joseph K., euh, pardon: Philippe V., 56 ans, éditorialiste martyr et philosophe de comptoir.

– Monsieur V., il vous a été donné lecture de l’arrêt de renvoi devant cette cour d’assises spéciale. Je vous rappelle qu’en vertu des nouvelles lois que vos amis et vous-même avez contribué à faire voter par le Parlement, les délits de presse et autres délits d’opinion sont désormais criminalisés et passibles de la peine de mort. Qu’avez-vous à dire pour votre défense?

Lire le reste de cette entrée »

Reviens, Voltaire, y a du pudding pour le dessert

28 octobre 2008
Mon dernier opuscule, paru chez Grassouillet, est tellement appétissant que

Avec ses 90% de matières grasses intellectuelles, mon dernier opuscule, paru aux Éditions Grassouillet, est tellement nourrissant que certaines lectrices voraces ont dû par la suite renouveler leur garde-robe…

Oh, j’entends déjà vos sarcasmes! T’étais où? Ça roupille sec sur ce blog! Meilleur éditorialiste de France? Macache! Regarde Christophe Barbier: lui, au moins, il a un avis sur tout quatre fois par jour

Vous êtes vraiment ingrats. Apprenez que la philosophie de comptoir est une maîtresse exigeante. Quand je l’abandonne trop longtemps au profit de l’éditorialisme de bistrot, elle me fait une scène de ménage à réveiller tout Joinville-le-Pont. Alors ravalez votre ironie et laissez-moi plutôt vous raconter pourquoi j’avais un peu disparu de la Toile à frire ces derniers temps.

Lire le reste de cette entrée »

L’ennemi public numéro 3

8 octobre 2008
    Bienvenue à la Mamounia/ Darla-Dirladada/ Y a les Adler et les Strauss-Kahn/ Daarla-Dirladada/ On va s'en fourrer jusque-là/ Darla-Dirlada…

Viens nous voir à la Mamounia/ Darla dirladada/ Y a les Adler, y a Rachida/ Darla dirladada/ On va s'en fourrer jusque-là/ Darla dirladada/ Les talibans on les pendra/ Darla dirladada/ Tous les soirs on fera la java/ Darla dirladada/ Vos impôts on les paiera pas/ Darla dirladada/ Nos parachutes on s'les dorera/ Darla dirladada…

En matière de puddings, j’ai trouvé plus fort que moi. Mais non, voyons! Pas pour les manger: tout le monde sait qu’Alexei règne sur la discipline depuis plus de vingt ans, tel un Lance Armstrong qui assommerait chaque année le Tour de France sans jamais prendre sa retraite. Je parle, bien sûr, de les cuisiner.

Vraiment fortiche en pâtisserie littéraire, le Bernard! Heureusement que c’est un ami, sinon j’en concevrais un soupçon de jalousie à son égard. Faire un best-seller en librairies à partir de ses propres e-mails, même moi qui m’y connais en recyclage des ordures ménagères, je n’aurais jamais osé.

Lire le reste de cette entrée »