Archive for the ‘culture’ Category

Charlie Goes To Hollywood

19 septembre 2008
ddddddd

Je me sens taillé pour ce rôle aux côtés de Jack Bauer. À “Charlie Hebdo”, ça fait longtemps que la satire passe après l'antiterrorisme…

La branche bobo d’Al Qaida vient de frapper les tours jumelles de la laïcité cinématographique – aka Daniel et Bibi. Une alliance a été conclue entre les bobos de droite du Figaro et du Monde et les bobos de gauche de Rue89 et des Cahiers du cinéma. Le résultat en est terrifiant.

Alors comme ça, notre film serait un navet autosatisfait, dépourvu de la moindre subtilité et de toute profondeur, à peine digne d’être diffusé chez les ex-légionnaires du “Droit de savoir”, aussi éloigné de ce que devrait être le cinéma que Joinville-le-Pont l’est de Kuala Lumpur!

(more…)

Publicités

Pause clope

18 septembre 2008
pause clope

Métro, promo, édito… J'en peux plus, de cette vie de dingue. Allez, je m'accorde une pause clope avant de repartir au front…

Lessivé, le Philippe! Obligé de bricoler un billet de récup’ pour dissimuler son manque d’inspiration. Désolé les enfants, mais aujourd’hui on mange les restes.

Avec toutes ces interviews, ces demandes d’autographes par milliers, ces sollicitations pour tourner à Hollywood, je ressens soudain un gros coup de pompe.

(more…)

Ma promo sur Fox News

15 septembre 2008
    Pour Daniel Leconte comme pour moi, la montée des marches, à Cannes, demeure un moment inoubliable…

Pour Daniel Leconte comme pour moi, la montée des marches, à Cannes, demeurera un moment inoubliable…

Fox News : Philippe Val, pouvez-vous vous présenter à l’intention de ceux de nos téléspectateurs qui ne vous admireraient pas encore?

Moi : Eh bien, ce n’est pas évident car j’ai eu une vie bien remplie. Je préfère renvoyer vos téléspectateurs à la biographie que Jean Lacouture m’a consacrée: Le Destin d’un petit chef, traduite aux États-Unis par les Éditions White House sous le titre Sir! Yes Sir!

(more…)

Ma reine Christine

13 août 2008
elle a été l’attachée de presse d’Anne-Aymone Giscard d’Estaing et la directrice adjointe du cabinet de Jacques Chirac à la Mairie de Paris.

Résistante de la première heure, Christine Albanel a toujours eu un faible pour la satire, comme son parcours en témoigne: elle a été l’attachée de presse d’Anne-Aymone Giscard d’Estaing et la directrice adjointe du cabinet de Jacques Chirac à la Mairie de Paris.

Vite fait, avant de prendre mon TGV pour Valence pour un repos bien mérité, un petit billet pour vous tenir au courant de la grande nouvelle.

La liste de mes soutiens de gauche, qui grossit à vue d’œil, s’est étoffée d’un nom prestigieux: Christine Albanel, la très progressiste ministre de la Culture, s’est rangée à mes côtés. Lisez un peu ça:

La ministre de la Culture et de la Communication Christine Albanel a déclaré lundi souhaiter «apporter son soutien» à Philippe Val, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, dans le cadre du licenciement du dessinateur Siné, indique un communiqué de la ministre.

Christine Albanel «souhaite apporter son soutien» à Philippe Val «dont personne ne peut douter de l’indépendance d’esprit et de son attachement à la liberté d’expression».

«Le dessin et les propos de Siné renvoient à des clichés et caricatures d’un autre temps que l’on aimerait voir disparaître à jamais», conclut la ministre.

Voilà qui devrait faire taire les Dupont-Lajoie qui se répandent sur Gogol pour cracher leur venin d’extrême gauche-droite. Je suis bien d’accord avec Ivan quand il dit que le sarkozysme est un humanisme.

Demain, à la première heure, ruez-vous sur votre kiosque à journaux pour applaudir ma victoire par KO. Comme l’écrit Médiapart, “une pétition en soutien à Philipppe Val devrait être publié dans le numéro de Charlie Hebdo en kiosque mercredi 30 juillet. La majeure partie de la rédaction devrait signer cette pétition pour signifier le fait qu’elle ne souhaite plus lire Siné dans les pages de son journal. Michel Polac et Willem ne signeront pas cette pétition, restant fidèles à Siné.”

Quels nuls, ces deux vioques ! Faudra que je pense à m’en séparer.

Enfin, que voulez-vous : on a les soutiens qu’on mérite…