Néocons’ anonymes

AA— Bienvenue à tous, asseyez-vous et mettez-vous à l’aise… Ce soir nous recevons Philippe, un nouvel adhérent, éditorialiste. Je vous demande de lui souhaiter la bienvenue.

[Tous en chœur] Bienvenue Philippe!

— Tout d’abord, bravo Philippe! Nous savons tous ici que ce n’est jamais facile d’admettre qu’on est devenu dépendant. Vous avez eu du courage, je tenais à vous en féliciter…

— Disons que je n’ai pas vraiment eu le choix, Madame. C’est Grassouillet, mon éditeur, qui m’a dit que si je voulais toucher mon chèque de droits d’auteur, il fallait que je me farcisse dix séances dans votre… euh… groupe. Apparemment, la promotion de mon dernier livre leur cause des soucis…

— Nous le savons Philippe. Aux Néocons’ anonymes, tout le monde est abonné à Valeurs actuelles. Il est vrai que vous n’y êtes pas allé de main morte, avec Malaise dans l’inculture. Toute la presse conservatrice vous couvre de louanges, n’est-ce pas?

— Oui, c’est vrai, ça relève du miracle: depuis la sortie de cet essai, toute la presse de droite est devenue de gauche. Je finis par me demander si je n’aurais pas des pouvoirs…

— Quel genre de pouvoirs, Philippe?

— Non mais rendez vous compte! Il aura suffi que j’aligne quelques flèches empoisonnées contre Rousseau et Bourdieu pour que tout ce que le pays compte de publications réactionnaires et souverainistes découvrent leur Point G. Le Point, Le Figaro, Marianne, L’Opinion, Gilles William Goldnadel… Même Valeurs actuelles s’est joint à l’orgasme collectif!

— Et quelles conclusions en tirez-vous, Philippe?

— Ben, j’en tire la seule conclusion possible, chère Madame: puisque je suis de gauche et que toute la presse de droite se pâme devant mon livre, c’est que je suis capable de changer la droite en gauche. C’est un peu comme la pierre philosophale pour les alchimistes…

— Philippe, est-il exact que même à l’Action française, on trouve votre ouvrage “stupéfiant”?

— Haha! Ça vous épate, n’est-ce pas? Avec ma prose, même les royalistes deviennent républicains!

AF— Vous savez Philippe, tous vos amis, ici présents, sont passés par là. Ce n’est jamais facile d’admettre qu’on est devenu néocons’ quand on a porté haut les idéaux du gauchisme. Et en ce qui vous concerne, il semble que vous vous soyez renié tous azimuts: l’ex-écolo vomit EELV, l’ex-antiraciste se vautre dans l’islamophobie, l’ex-pourfendeur de BHL germanopratine des quatre membres, l’ex-pacifiste appelle à prendre les armes contre l’ennemi intérieur – barbu…

— Vous me faites rougir! Enfin façon de parler. Le rouge et le noir, depuis quelques années, ça me provoque des démangeaisons. Je ne sais pas pourquoi…

— Philippe, si vous le voulez bien, nous allons tacher de comprendre pourquoi vous êtes devenu la coqueluche de vos anciens détracteurs. Car je crains que ni la magie ni l’alchimie n’y soient pour rien…

— Pourtant j’aurais juré que…

— Philippe, fermez les yeux et laissez remonter vos souvenirs à la surface. Nous sommes en 1995. Vous êtes un éditorialiste engagé à Charlie Hebdo… Vous vous en rappelez?

— Arghhhhh! Kof-kof-kof! Sniiiiif…

— Philippe? Vous vous sentez mal?

[En larmes] À l’époque… [sanglot] …tout le monde se moquait de moi. Et personne ne citait mes éditos dans les revues de presse!

— Faites un effort (je sais que c’est douloureux). Quelle était la principale cause que vous défendiez alors?

— Snif… Je dénonçais la tauromachie… snif

— C’est bien, Philippe, nous y sommes. Et est-ce que la dénonciation de la tauromachie fait quatre fois par an la une de L’Express, du Point ou de L’Obs?

val_pull— Snif… Non! Tout le monde s’en fout. C’est une cause de looser!

— Et le péril islamique, Philippe? Est-ce que ça ne serait pas une cause de winner?

— C’est vrai que depuis que je suis devenu islamobsessionnel, on m’invite sur les plateaux télé, des gens bien habillés m’arrêtent dans la rue pour avoir un autographe et je suis invité à bouffer chez des gens importants… Ça me change de l’époque où je fréquentais Serge Halimi, Daniel Mermet et Olivier Cyran, et où je ne provoquais l’émoi que d’anonymes en pull tricoté maison qui fumaient des Beedies venues de Katmandou en écoutant du Linton Kwesi Johnson.

— Bravo, Philippe, pour votre franchise. La semaine prochaine, nous recevrons une nouvelle adhérente: Caroline, qui sort d’un délirium tremens islamophobique et se prend pour Charles Martel.

Publicités

Étiquettes : , ,

6 Réponses to “Néocons’ anonymes”

  1. Simon Chalumot Says:

    Mais non Philou, tu n’as jamais été de gauche, tu as toujours été un pisse-vinaigre, même lorsque tu te prenais des pains des intégristes cathos, quand tu défendais les valeurs de la République, l’esprit des Lumières, Spinoza, et que tu te prenais déjà pour Montaigne. Il fallait alors fumer autre chose que des beedies pour trouver un quelquonque intérêt à tes éditos. Oui, tu aimais les animaux, et c’était bien la seule chose qui te rendait sympathique, mais tu étais déjà sentencieux, catégorique, autoritaire… Et tu rêvais de prendre le pouvoir dans une gauche déjà morte… Tu étais ravi, je m’en souviens qu’on en ait fini avec le gauchisme des années 70…Et tu glorifiais la, gauche Jospinienne, comme le meilleur recours, en tançant à longueur d’éditoriaux et de chroniques toute pensée critique. Bon, ta sensibilité parlait parfois, mais elle était un peu surjouée. Et en toute confidence, ce n’étaient pas les gens à la conscience politique la plus aiguisée qui t’admiraient… Peut-être en avais tu conscience, et tu rageais voyant la cinquantaine approcher,de ne pas réussir ta vie, c’est à dire devenir un intellectuel de gauche meanstream rameutant des lycéens et étudiants anonymes à l’esprit embrumé par le THC, et le rythme entêtant de LKJ (qui est un vrai penseur politique lui) pour voter PS parce que Pasqua caca boudin, alors que Stauss Kahn c’est hyper cool. Alors certes, aujourd’hui, il est de bon ton parmi tes détracteurs de ressortir le fameux « BHL Aimé Jacquet de la pensée; Mais tout ceci ne faisait que refléter ton maépris de la poulace, et tu es devenu pote avec BHL. Le pauvre Aimé Jacquet fauthentique populo qui a connu une gloire démesurée, est resté simple, aujourd’hui, accessible, il ne se prend pas pour ce qu’il n’est pas, et est loin des mondanités, et est infiniment plus respectable que toi, dont on peut se demander si ton ami Cabu ne se serait pas inspiré de tes saillies pour faire parler son beauf ancien ou nouveau Tu étais déjà un mondain il y a 20 ans, tu entretenais les meilleures relations avec de grands penseurs comme Laurent Joffrin, ou Jean Luc Hees. Et chaque semaine, tu attendais la revue de presse, et malgré tous tes efforts de normalisation, tout le monde se foutait de ce que tu racontais : tes lecteurs qui préferaient Cavanna, Gébé ou Siné, à tes homélies à la gloire de la sociale-démocratie la plus détestable, et à ton siècle des Lumières pour les nuls par un nul, et les commentateurs politiques. Ce sont eux qui t’ont convaincu que ton immense talent ne pourrait être reconnu, qu’à l’unique condition que tu soutiennes ouvertement le grand capital , les Etats Unis, l’Europe, que tu tapes sur les bougnoules et les assistés (ceux aux pulls de laine et aux cheveux non entretenus et malpropres), que tu partages les combat d’un éditorialiste digne de ce nom, tout en continuant à faire croire que tu es de gauche.

    Tu as ainsi assuré tes vieux jours… Rien d’illogique à tout ça, le contraire eut été étonnant.
    Bon, mon Philou, je te laisse à ton 5000ème visionnage de la 7ème compagnie au clair de lune qui te sert de documentation sur la seconde guerre mondiale, et bonnes receptions chez les gens importants qui ont reconnu ton génie.

  2. Simon Chalumot Says:

    TOC TOC ouvrez ! polize allemande !,! !

    Non rassures-toi mon Philou, ce n’est pas la Gestapo-NKVD antisémite qui vient t’apporter les croissants, après ta nuit blanche à faire semblant de lire Montaigne en Français du 16ème, c’est juste Chalumot qui vient prendre de tes nouvelles.

    Je suis le seul avec l’auteur du blog à m’intéresser encore à toi. Ils ont tous déserté, tous tes critiques, lassés de répéter la même chose depuis 10 ans. On ne sait plus quoi inventer, tout a été dit sur toi… Ton coming out non assumé de droite dure (qui n’en est pas un pour moi, tu as toujours été du coté de l’ordre et des bien pensants, à cette seule nuance que dans les premières années de Charlie 1992, tu pouvais parfois être drôle quand tu ne tentais pas de jouer au théoricien).

    Quelques obsesionnels dans mon genre ne peuvent lutter contre une fascination sidérée devant tant de misère morale et intellectuelle… Au point de salir Spinoza ou Montaigne que tu confond avec Michel Sardou que tu écoutes religieusement en boucle, surtout les Ricains et le temps béni des colonies, qui sont désormais la base théorique de ta pensée.

    Continues donc à jouer au martyr dans tous les médias, c’est une recette éprouvée par les Zemmour et autre Deutsch qui étalent leurs sornettes et leur aigreur sur les plateaux télés, en jouant aux rebelles; Il était plus que temps à ton âge d’utiliser des recettes efficaces qui seules permettent d’être reconnu. Et puis tout ce que tu racontes est tellement dans l’air du temps. Ces feignasses d’écolo qui veulent revenir à la bougie, ces pauvres qui vivent de leurs allocations en répendant l’antisémitisme et en préparant avec perfidie le goulag et la charia. Je comprend que tu ais les chocottes, et que veuilles préserver ton patrimoine et ton confort lorgné avec avidité par tous ces antisémites jaloux de ton talent inégalé, de ton érudition sans faille… Je comprend aussi que tu sortes de ta confortable retraite, après que deux paumés aient décimés tes anciens employés, tu t’es dit que c’était le moment de dire que tu as toujours eu raison, contre cette gauche antisémite qui a toujours rêvé de t’enfermer en camps de travail, au point de provoquer d’effroyables cauchemars que n’apaisaient pas la lecture de l’éthique en bande dessinée et l’écoute des premiers Sardou, les meilleurs, les plus couillus…

    Bon premier mai, mon Philou. Demain quelques antisémites vont affronter la pluie pour promouvoir la charia, et tenter d’y croire encore… Mais ne t’inquiètes pas, dans leur grande majorité, ils se fichent de ton insignifiance, comme de leur première manif, et ils ne toucheront pas à ton pactole…

    A la prochaine Philou

  3. Philippe V., éditorialiste martyr Says:

    @Simon Chalumot: Vous m’embarrassez. Grasset, qui envisage de publier ma biographie en espérant compenser dans son compte d’exploitation le pilonnage massif attendu de mon dernier essai, envisage de vous contacter pour ce faire – vous semblez bien me connaître. Pourriez-vous couper votre portable jusqu’en décembre 2016 svp? Merci!

  4. Philippe V., éditorialiste martyr Says:

    @Simon Chalumot: Puisque vous êtes inspiré, parlez plutôt à nos nombreux lecteurs du dernier livre de Caroline “Inna” Fourest, qui vient éclipser inopportunément ma Bible spinozesque!

  5. Simon Chalumot Says:

    Un portable ??? Qu’est ce que c’est ?

    Pour Caro : les bougnoules sont perfides et sournois, quand ils parlent de tolérance, c’est qu’ils veulent voiler Marianne et imposer le halal pour tous.

    Le péril Islamo-gauchiste est le danger majeur de notre temps. Les enfants des écoles doivent être rééduqués au moindre signe de déviation, sur simple dénonciation et signalement anonyme afin de sauver la démocratie en danger.

    Il faut de méfier des barbus bronzés et des femmes en jupe longue, ce sont des ennemis de la liberté.

    Le porc doit être l’aliment de base de tout citoyen de bon aloi.

    J’ai bon ?

    Ah oui, elle un toujours un regard de psychopate, elle me file les jetons, soeur Caro, j’espère que je ne suis pas dans le crime-pensée apologie du terrorisme…

  6. Deroos67 Says:

    Salut Fifi, maintenant que tu n’es plus commissaire politique à France Inter, tu as pensé à devenir auteur des Guignols : Bolloré a besoin d’un humour qui se moque des faibles (Roms, Musulmans, immigrés, chômeurs, pauvres,etc…) et épargne les puissants (Patrons, riches, Medef, Sarkozy, Bolloré himself, banquiers etc…). Je pense que ce job irait comme un gant vu tes états de service à Charlie Hebdo et France Inter. Je suis sûr que tu peux demander un piston la prochaine fois que tu dîneras avec Carla et Nico !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :