Freud, reviens, je vais devenir fou

Je n'ai jamais connu mon grand-père paternel…

Je n'ai jamais connu mon grand-père maternel. Il est décédé l'année précédant ma naissance, dans sa maison de retraite de Port-Joinville. C'est d'ailleurs pour honorer sa mémoire que j'ai choisi de m'installer à Joinville-le-Pont…

Tout a commencé hier, en début d’après-midi, tandis que je m’adonnais à mon passe-temps favori: comptabiliser le nombre de milliers d’injures qui se déversent quotidiennement sur mon nom dans les cyber-commentaires aux articles dont je suis le sujet. Sur marianne2.fr, je venais d’entamer la seconde centaine de crachats faisant suite à un article venimeux qui me comparait à la Castafiore sarkozyste Nadine Morano lorsque la lecture du commentaire numéroté 106 provoqua un séisme en mon for – de Vincennes – intérieur. Je le cite in extenso:

106. Posté par Laulau le 30/10/2008 14:15
Val a raison de se réclamer de Voltaire grand critique des injustices de son temps mais finissant sa vie à l’abri des puissants de l’époque.
Val a le même genre [de] parcours, né en 1952 avec Philippe comme prénom, m’étonnerait que ses parents fussent de gauche!
Sans doute révolté de 1968 il fait parti des gauchistes, maoïstes et autres qui se retrouvent 40 ans plus tard à la tête d’organes de presse pour bobos pour défendre l’occident libéral.

Stupeur! Vertige! Ces lignes hostiles entraînèrent un gigantesque carambolage sur mon Autoroute du soleil intime. Je ne parle pas de la première phrase, ni même de la troisième. Non, ce genre d’insinuations sur mon prétendu tête-à-queue idéologique, j’y suis habitué. Je fais bien sûr allusion à la tranche de jambon biographique insérée dans ce sandwich empoisonné.

C’est alors que j’ai vu ma vie défiler devant mes yeux trempés de larmes (oui, je pleure beaucoup ces temps-ci, surtout quand je me connecte au Ouèbe). Mes jeunes années, surtout. Papa, affairé derrière le comptoir de la boucherie familiale, avec, derrière lui, encadrée sur le mur, à côté du portrait de Charles Maurras, une francisque brodée par Maman avec du fil doré. Mes frères, Adolf et Benito, avec qui nous jouions à la rafle du Vél’ d’Hiv’ dans l’usine désaffectée de la rue Papon, qui jouxtait notre modeste demeure. Mes amis d’enfance, les Doriot et les Laval, orphelins de père et pourtant si facétieux, qui n’arrêtaient pas de coller des poissons d’avril en forme d’étoile de David dans le dos de nos camarades d’école dont le nom se terminait par -berg ou par -stein. Mais aussi nos vacances en Espagne, chez les Degrelle. Ou encore la cagoule que notre père nous obligeait à porter tous les jours de l’année, même en pleine canicule, en souvenir du bon vieux temps, disait-il. Sans parler des Noël en famille, qui, chez nous, étaient célébrés non pas le 25 décembre mais le 6 février…

Que de tendres souvenirs!

Une fois l’émotion retombée, le constat s’imposait: pour une raison de moi ignorée, j’ai refoulé pendant quarante ans cette enfance pourtant idyllique. Pourquoi diable? Cela reste un mystère. Quand, à l’âge de 16 ans, j’ai décidé d’interrompre mes études pour monter à la capitale avec ma guitare sèche, un lourd rideau de fer s’est abattu sur ces années d’insouciance, amputant pour longtemps ma mémoire. Désirant en avoir le cœur net (vous connaissez ma passion pour le devoir de mémoire), j’ai pris rendez-vous avec un psychanalyste afin de cerner ce que pouvait bien dissimuler cette occultation inconsciente de mon passé. Je vous livre ici le verbatim de ma première – et unique – séance de divan.

– Bonjour Monsieur V., quel bon vent vous amène?

– Celui de la calomnie, Docteur. Tout le monde se paie ma tronche depuis plus de trois mois et j’ignore à quoi est dû cet acharnement thérapeutique.

– Êtes-vous certain de ne pas connaître la raison de cette animosité qui se déchaîne contre vous?

– Non, vraiment, je ne vois pas. Je ne fais que mon métier: je dresse dans mes livres des listes de noms recensant les principaux antisémites du pays; je dénonce dans mes chroniques les complices des nazis infiltrés dans les médias; je consacre 80% de mes éditos au péril islamo-gauchiste, bref: je contribue, à mon humble mesure, à préserver l’hygiène mentale de la France éternelle – et néanmoins laïque.

– Je vois. Et qu’est-ce qui vous a décidé à prendre rendez-vous avec moi?

– Eh bien voilà: une question me tarabuste depuis hier et je me suis dit que vous pourriez m’aider à y répondre. Comment expliquez-vous, sachant que je suis, de notoriété publique, le fils spirituel de Jean Moulin et d’Émile Zola, que mes parents aient choisi de me donner à la naissance le même prénom que le Maréchal Pétain?

– Hum… En quelle année êtes-vous né, Monsieur V.?

– Eh bien, justement, c’est là que le bât blesse: en 1952. Sept ans seulement après l’armistice et un an après la mort du Maréchal. N’est-ce pas étonnant, dans une famille de Résistants?

– En effet, c’est plutôt surprenant. Dites-moi: quel genre de Résistants exactement étaient vos parents?

– Que voulez-vous dire, Docteur?

– À quelle période sont-ils entrés en Résistance? Quelles missions ont-ils accomplies? À quelle branche, à quel réseau de la Résistance se rattachaient-ils…?

– Mais… je l’ignore. De fait, ils ne m’en ont jamais parlé.

– Mais alors comment savez-vous qu’ils ont été Résistants?

– Comme je vous l’ai précisé, Docteur, ce sont mes parents.

– Vous voulez dire que c’est à travers vous qu’ils auraient été Résistants, alors même que vous n’étiez pas né?

– En quelque sorte.

– Ou plutôt: vous ne pouvez imaginer, eu égard à l’idée que vous vous faites de vous-même, qu’ils aient pu être autre chose, pendant la Seconde Guerre mondiale, que des Résistants. C’est bien cela?

– Tout juste, Auguste.

– Monsieur V., avez-vous jamais émis l’hypothèse que si vos parents ont choisi de vous prénommer Philippe, c’est peut-être parce qu’ils étaient… hum…  pétainistes?

– …

– Monsieur V., ça ne va pas?

– …

– Poursuivons. Je vous entends régulièrement pontifier dans les médias, et je crois comprendre que la période historique dont nous parlons exerce sur vous une véritable fascination. Qu’en est-il précisément?

– Mais voyons, Docteur: je parle de la Seconde Guerre mondiale en permanence tout simplement parce qu’elle n’est pas finie. Tant que les nazis occuperont Paris, les hommes comme moi feront sauter des trains et dénonceront l’oppresseur. Tous les jours, des Thalys plombés quittent la Gare du Nord pour l’Allemagne, dois-je vous le rappeler? Et sur le Ouèbe la haine du juif s’étale sans la moindre retenue, de Bakchich.info à Rue89.com.

(soupir)

– Ne soyez pas naïf, Docteur! C’est trop facile de fermer les yeux derrière ses lunettes de soleil quand la nuit et le brouillard recouvrent le pays de leur voile d’obscurantisme. Attendez-vous, pour réagir, que votre épouse doive faire ses courses en burqa? Continuerez-vous à subir sans mot dire la dictature du prolétariat qui bâillonne notre liberté d’expression diffamatoire et ligote nos golden dividendes au poteau de torture du besancenisme?

– Monsieur V., je vous rejoins sur un point: la situation est bien plus préoccupante que je ne le pensais avant de faire votre connaissance. Je crois que je vais vous recommander à un confrère, car votre cas dépasse mes modestes compétences.

– Vous voulez dire que vous ne soignez pas les Résistants, c’est ça? Dois-je comprendre que vous êtes un collabo?

– Mais non, voyons, Monsieur V. Qu’allez-vous imaginer là? J’ai encore passé le week-end dernier à Londres avec mon épouse. Il se trouve simplement que ce confrère, qui officie à Sainte-Anne, connaît mieux cette période historique que moi. Il compte déjà parmi ses patients le général De Gaulle et Sir Winston Churchill…

– Vous me rassurez. Je suis pressé de le connaître!

– Lui aussi le sera, j’en suis sûr, dès que je lui aurai parlé de vous. Une dernière question avant d’appeler les infirmiers, Monsieur V. Je connais un peu votre œuvre monumentale, et il me semble qu’il s’en dégage une obsession aussi ostensible qu’inquiétante vis-à-vis du “peuple élu”. Depuis un certain temps déjà, il n’est pas un seul de vos textes ou de vos chroniques dont les juifs ne soient le sujet principal: Israël par-ci, la Shoah par-là; l’antisémitisme sous toutes ses coutures, même lorsque celles-ci sont imaginaires; les médias et les juifs; les juifs et le football; l’humour juif – qui, malheureusement pour vos lecteurs, vous fait cruellement défaut; les juifs et la corrida; les juifs et le 11-Septembre; les juifs et la tchoutchouka; le Vatican et les juifs; le devoir de mémoire envers les crimes judéophobes, de la Préhistoire à Vichy en passant par l’affaire Dreyfus ou la Saint-Barthélémy; l’antisémitisme millénaire de la gauche, de l’extrême gauche, de Bakchich ou de Jacques Chirac; la politique arabe de la République française, pro-nazie depuis les Croisades…

Où, selon vous, cette monomanie prend-elle racine? Auriez-vous quelque chose à exorciser concernant la Collaboration de l’État français avec les nazis, Monsieur V.?

– Moi? Non mais ça va pas la tête! Vous semblez ignorer que je serai probablement, dans les mois qui viennent, distingué du titre de Juste parmi les nations!

– Permettez-moi de reformuler ma question: avez-vous le sentiment que votre famille a une dette envers les juifs? Pas forcément vous, mais vos parents, par exemple, voire vos grands-parents?

– Oh! Je vois clair dans votre jeu. Une dette! Vous sous-entendez donc que les juifs sont obsédés par l’argent, c’est ça? Vous devriez avoir honte, Docteur, on croirait entendre Siné après l’apéro! Si vous n’étiez, malgré vous, la muse de mon prochain édito (je l’intitulerai, voyons… “Freud, reviens, je vais devenir fou!”), je crois bien que j’appellerais sur-le-champ mes amis Richard et Georges, les Heckel et Jeckel du barreau de Paris, pour vous faire votre fête devant la XVIIe chambre correctionnelle – qui est en train de devenir ma nouvelle résidence secondaire! Je ne vous salue pas, espèce de… de… de Docteur Petiot!

(Pin-pon, pin-pon, pin-pon…)

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

25 Réponses to “Freud, reviens, je vais devenir fou”

  1. Nicolas_Demorand Says:

    Cher Philippe,

    Vous voir revenir avec autant de verve en cette morose période d’octobre-novembre me met le coeur en joie.
    En tant que médiateur privilégié de la démocratie française à laquelle vous ne cessez de faire honneur, je vous adresse ses félicitations.

  2. philippeval Says:

    @ Nicolas
    Merci pour ton soutien, qui tombe à point nommé car aujourd’hui ça ne va pas très fort. En bas de l’immeuble du Dr Petiot, quatre gros bras de la Gestapo, tout de blanc vêtus, m’attendaient, tapis dans l’ombre.

    Ils me retiennent prisonnier dans une chambre d’isolement au 1, rue Cabanis, dans le XIVe arrondissement. J’espère être sorti à temps pour venir lire ma chronique à ton micro vendredi prochain, mais je ne te cacherai pas qu’il y a un risque qu’on doive faire ça par téléphone.

    T’as le bonjour du capitaine Dreyfus – qui occupe la chambre à côté de la mienne.

  3. philippeval Says:

    RÉCLAME
    Samedi 1er novembre, à 23h35, dans “On n’est pas couché” (France 2 ), Laurent Ruquier recevra: Bernard-Henri Lévy, pour le livre Ennemis publics, Dany Boon, Françoise Hardy, Patricia Petibon, Yves Lecoq, Christophe Alévêque ET Philippe Val, directeur de la rédaction de Charlie Hebdo, pour son Christmas Pudding Reviens, Voltaire, ils sont devenus fous.

  4. Yamela Says:

    Salut cher Philippe,

    Juste pour vous adresser mes félicitations pour ces écrits pleins de profondeur et de dérision, hélas pour beaucoup de nos fameux soixante huitards qui ne cessent de squatter les médias, les convictions sont semblables à la mode il faut s’y conformer à un instant T sinon on est Has Been…,

    Bref, on s’identifie au courant prédominant à l’instant T, tel un caméléon qui voulant profiter du système épouse les coloris du paysage, à cette exception près que le caméléon changeant constamment de couleur ne se réclame pas monochrome toute sa vie comme on y assiste pour certains qui passent du col mao au col rotary ( LES MAOÏSTES DU ROTARY ) et qui mordicus veulent être reconnus comme maoïstes.

    Bonne continuation et au plaisir de vous lire. .

  5. Jean-Baptiste Thoret Says:

    Bravo, E210, pour cette réponse courageuse aux nains de Bakchich : http://www.lepost.fr/article/2008/10/31/1303459_philippe-val-je-trouve-incroyable-que-des-gens-qui-m-ont-traine-dans-la-merde-puissent-m-attaquer-en-justice.html

    (A propos, Stéphane et moi n’avons toujours pas reçu notre matricule au sein du Réseau Turbigo)

  6. karim Says:

    Mouais…Sans doute fais-je parti d’un groupuscule trotkyste taliban basé en Corée du nord à l’insu de mon plein gré…Je vais devoir aller en parler à mon psy…Car si j’ai longtemps suivi Philippe Val,si j’écoutais avec plaisir et intérêt ses billets sur Inter le lundi soir,ou ses chansons,les analyses de Philippe V,après m’avoir laissées pantois,me laissent froid…J’ai du subir une mutation psychotique,une paraphrénie précoce…Mais je reste sensible à votre humour…Si,si là,j’ai souri…Mais avant vous me faisiez rire,ne vous déplaise.

  7. philippeval Says:

    @ Yamela
    Le col Mao me serrait trop, je manquais d’air. Au Rotary c’est un peu pareil, remarquez. Mais à présent c’est notre pantalon qu’Alexei et moi devons déboutonner à l’heure du digestif…

    @ Jean-Baptiste et Stéphane
    Le Réseau Turbigo a épuisé les noms de codes tirés des conservateurs alimentaires. Nous sommes obligés de passer à la liste des colorants (ce qui, au fond, est un peu votre rôle à Charlie). Vous serez donc E100 et E101.

    @ Karim
    Vous souriez, j’en suis fort aise
    Eh bien riez maintenant!

  8. abenarous Says:

    Bravo à vous M Val,

    pour votre courage, votre cohérence et votre intégrité.

    L’antisémitisme, que vous dénoncez avec raison, est devenu l’amok européen. De moins en moins une opinion, de plus en plus une véritable passion moderne, qui sert de paravent à l’incompréhension du monde moderne. C’est la raison pour laquelle j’apprécie votre vigilance.

    Mais j’ai du mal à résumé ma pensée en quelques lignes et si j’osai, je vous inviterais à lire l’article suivant sur mon blog:

    http://abenarous.wordpress.com/2008/07/23/les-soubresauts-de-l%E2%80%99amok-europeen/

    Sincèrement,

    A.B.

  9. Philippe V., éditorialiste martyr Says:

    @ abenarous
    Ainsi l’antisémitisme serait devenu, selon vous, l’amok européen. Ce parallèle est séduisant autant qu’audacieux. Que n’ai-je croisé plus tôt votre prose! Je vous aurais volontiers emprunté cette thèse pour mon dernier ouvrage.

    Je lis ici que l’amok désigne aussi, par extension, “un forcené et une maladie mentale dont le symptôme est la grande propension du sujet à injurier ceux qui l’entourent”.

    J’étais donc le roi de l’amok et je l’ignorais! Merci infiniment pour vos lumières…

  10. Nicolas Demorand Says:

    Cher Philippe, je viens d’écouter avec ma femme et mes enfants ta chronique de ce matin sur France-Inter depuis mon lieu de villégiature.
    Moi, je l’ai trouvé très bien, et je n’ai rien eu à redire. Mais mon petit dernier, qui va chez l’orthophoniste le mercredi et qui bouquine parfois Geo quand le médecin a pris du retard, a un peu tiqué quand, ce matin, tu as applaudi le merveilleux Barack Obama et le fait que la grande démocratie américaine allait élire un noir avant de dire : « chose absolument impensable en Chine, en Russie, en Iran et encore moins au Soudan ».

    Moi, j’ai trouvé ça bien, mais mon petit dernier m’a appris que, d’après ce qu’il avait vu, le président soudanais Omar El bechir est noir. Ca m’a paru bizarre son histoire (parce que j’ai bien appris qu’au Darfour s’était les arabes qui tapaient sur les noirs) mais j’ai trouvé une photo du président soudanais dans le Figaro est force est de constater qu’il est noir : http://www.lefigaro.fr/medias/2007/06/12/20070612.WWW000000386_30297_1.jpg
    (ou bien, c’est Alexei qui a fait le con avec Photoshop… ça lui arrive)

    D’après mon gosse, en fait, les populations soudanaises sont toutes noires et arabophones, mais les différents camps au Darfour se font appeler « arabes » et « africaines » par les journalistes, pour que les auditeurs comprennent. C’est sans doute pour ça que lorsque tu as lu ta chronique, personne au sein de la rédaction du 7-10, personne ne t’a repris.

    Ah, sinon, fait gaffe ! J’ai écouté en la podcastant la chronique de Caroline sur France culture ce matin. Vous dites quasiment au mot près, l’un et l’autre, que « 24 » a beaucoup fait pour populariser l’idée d’un président noir. Je sais que tu es super copain avec Kieffer mais si tu veux faire sa pub, évite de faire écrire tes chroniques par Caroline, elle reprend ce qu’elle t’a écrit pour ses propres chroniques…

  11. Rissolu Says:

    M. Valtaire, je vous ai entendu rien moins que 2 fois ce matin sur notre réseau national de service public des Lumières : l’une sur France Inter évidemment, et comme tous les vendredis matins, vous m’avez fait lever de bien mauvais poil contre les naziweb
    et l’autre, au moment du 2è café, sur France Info, diantre, voire merde, alors ! mais vous êtes presque partout… vous avez de toute votre science comparative su assimiler joliment une engeance de site à la consonance maghrébine avec les délires collabo… attention, les Lumières vont vous rendre aveugle aux nouveaux périls qui nous guettent : Obama, au prénom à la consonance non moins douteuse, président des USA…
    j’attends votre avis là dessus.

  12. pylone Says:

    Une collection littéraire qui n’est pas parano, c’est nous!

  13. bjm Says:

    Au début je me suis inquiété de vous voir souhaiter la victoire de ce gauchiste nègre, j’ai craint que vous ne soyez malade mais je me suis renseigné…

    -Il est pour la peine de mort

    -Il est contre le mariage Gay

    -Il est pour la libre circulation des armes

    -Il est pour l’arrêt de l’immigration

    -Il va attaquer le Pakistan et menace d’attaquer l’Iran

    -Il soutient Israel, la vente d’armes à Israel et s’est prononcé pour l’indivisibilité de Jerusalem.

    -Il remercie Dieu tous les deux mots
    (en plus il est pas trop noir)

    Ouf, vous m’avez fait peur…

  14. E100 et E101 Says:

    Chef, oui, chef ! Merci, chef ! A vos ordres, chef !

  15. Le professeur d'Histoire de Philippe Val Says:

    @ Nicolas Demorand.

    Les approximations de Philippe dans les différents domaines de la connaissance sont si nombreux que les relever est un travail d’Hercule. Merci donc de me signaler celui là : je le conserve pour édifier mes élèves et rassurer les plus mauvais en leur apprenant qu’un travail d’éditorialiste est à leur portée.

    Je t’invite à lire Après la Démocratie, d’Emmanuel Todd : l’auteur y fait la description de la crise traversée par la France, crise qui a permis l’élection de Sarkozy et, il faut le dire, l’élévation de Philippe au rang de gloire intellectuelle.

    @ Philippe.
    Tu me copieras cent fois  » le président du Soudan est noir même s’il n’est pas américain « .

  16. Arcane Says:

    HOOOOoo …Mon Phillipounet…tu es très en forme en ce moment dis donc ! je sais que tu es un grand amateur de tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à de la familiarité…Alors j’en profite coquinou!J’vois que le soupçon de paranoïa qui t’habite n’a pas disparut! Les vilains méchants …Ce sont les autres!! Ha mon Phillou! Tu as autant de cheveux sur le cailloux que de ta bonne fois est de rigueur sur ton blog ! C’est merveilleux…

  17. Top Posts « WordPress.com Says:

    […] Freud, reviens, je vais devenir fou Tout a commencé hier, en début d’après-midi, tandis que je m’adonnais à mon passe-temps favori: […] […]

  18. karim Says:

    Hé hé,excellent…Font et Val,toute une époque.Ce n’est pas le sketche que je préfère,du point de vue de l’humour.
    Mais un doute m’habite,j’espère que vous n’avez pas cru que ce sont vos prises de position vis à vis des fanatiques qui m’ont laissées pantois,voire déconfit!Non,non…moi non plou yé né pas changé…N’est-ce pas mon prénom,qui,d’association d’idées en association d’idées,….Aie,une angoisse paranoÏde m’étreint…
    Je cours en parler à mon psy!

    Mais avant de m’allonger céans sur le divan,je voudrais éructer:l’antisémitisme c’est caca,l’anti-antisémitisme forcené c’est prout.

  19. Yvan Rioufol Says:

    Philippe, je vous ai vu brillamment remettre à sa place, hier, chez le sympathique Laurent Ruquier, cette hyenne islamo-gauchiste d’Eric Naulleau ! J’ai été déçu en revanche par Eric Zemmour, pourquoi vous a-t-il asticoté de la sorte, alors que vos divergences idéologiques sont somme toute mineures ? Il faut que nous autres, résistants de tous bords, sachions dépasser ce qui nous oppose ! De Gaulle a su s’entendre avec les communistes pour défendre la patrie occupée, sachons nous inspirer de son exemple face à l’hydre besanceno-benladeniste !

    Et ce crétin d’Alévèque ! C’est de ça que s’entoure Siné, pour sa feuille de chou nauséabonde ? Charlie n’a pas de souci à se faire !

    Bon, ce fût une bonne soirée de service publique. Bernard et vous avez montrer à la France insomniaque du samedi soir que la résistance n’entendait pas baisser la garde. Laurent Ruquier, que je tenais pour un médiocre chansonnier d’extrême-gauche, avait pour vous deux un regard empli de respect et d’admiration. Je crois qu’on peut lui faire confiance. Et les collabos à la Naulleau (dont il s’entoure sans doute pour montrer leur bêtise !) ne perdent rien pour attendre ! Ils ravaleront leur bile lors de la libération !

    Bien cordialement…

  20. jocelyne53 Says:

    Félicitations pour votre blog.
    C’est la première fois que j’atterris ici et je dois dire que votre texte intelligent m’a beaucoup déridé. J’ai moi-même étudier la période 1939-1945 que je trouve fascinante et dont plusieurs événements sont restés dans l,ombre ou inexpliqués. On m’a souvent affirmé que le bon peuple français était un peuple de collabo et très loin de l’image du résistant qui fut véhiculé dans les films après-guerre. Avec les États-Uniens se sont toujours eux les sauveurs ;-))))))

  21. nikonekro Says:

    Philippe Vââââl
    Nous voilââââ!!!

  22. Philippe V., éditorialiste martyr Says:

    Ouh là! J’ai du courrier en retard on dirait.

    @ Nicolas Demorand
    Méfie-toi, je soupçonne ton fils de lire du Chomsky en cachette, le soir sous sa couette. C’est BHL qui m’a expliqué le Darfour lors d’une soirée déguisée (sur le thème “Ennemis publics”), et même s’il avait un peu picolé je pense qu’il sait de quoi il parle, vu qu’il est mon copain. Méfie-toi aussi des Arabes soudanais qui se font passer pour des noirs: tu n’as jamais lu Le Petit Chaperon rouge ou quoi?

    @ Rissolu
    Godwin Damn It! Mais vous avez raison. Je croyais qu’Obama (c’est joli, ça sonne un peu comme “Oriana”, vous ne trouvez pas?) se prénommait Baruch, comme mon ami Spinoza (reviens! ils sont devenus fous d’Allah), d’où mon soutien. Merci de m’avoir ouvert les yeux, grâce à vous j’ai voté McCain in extremis (enfin j’ai essayé, car dans mon bureau de vote de Joinville-le-Pont, personne n’était au courant que nous sommes un jour d’élection).

    @ bjm
    Mais alors, il est casher ou pas cet Obama? Je n’y comprends plus rien, moi. C’est compliqué les États-Unis (pas comme en France, où il y a les juifs d’un côté et les nazis de l’autre)! Vous commencez à me donner l’American Vertigo: je vais prendre une aspirine et après je repars au bureau de vote. J’espère que cette fois je ne trouverai pas porte close…

    @ mon professeur d’histoire
    Si j’avais su quel opprobre me vaudrait ma géopolitique de contrebande, j’aurais été plus assidu à vos cours…

    @ Karim
    Si vous avez trouvé ce vieux sketch “excellent”, il vous faut consulter d’urgence (mais évitez le Dr Petiot).

    @ Ivan
    Tu es bien gentil de me dire tout ça mais j’ai bien peur que cette émission m’ait enfoncé encore davantage. Je n’ai plus l’habitude d’avoir des contradicteurs face à moi, c’est pour cela cela que j’écris dans mes puddings ce qui me passe par la tête de linotte. On ne m’y reprendra plus (à aller ailleurs qu’à “Ripostes”, où tout le monde est poli).

    @ Jocelyne
    Ne vous déridez pas trop quand même. Les collabos sont toujours parmi nous, en particulier , et .

    @ nikonekro
    Devant moi, le sauveur de la France
    Vous jurez, vous, mes gars
    De servir et de suivre mes pas…

  23. karim Says:

    Hé hé,excellent…Font et Val,toute une époque.Ce n’est pas le sketche que je préfère,du point de vue de l’humour.

  24. pete Says:

    blog interessant, en voici un autre sympa:

    http://carpediempolitique.hautetfort.com

  25. Antisémitisme Says:

    Excellent le dernier blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :