Charlie Goes To Hollywood

ddddddd

Je me sens taillé pour ce rôle aux côtés de Jack Bauer. À “Charlie Hebdo”, ça fait longtemps que la satire passe après l'antiterrorisme…

La branche bobo d’Al Qaida vient de frapper les tours jumelles de la laïcité cinématographique – aka Daniel et Bibi. Une alliance a été conclue entre les bobos de droite du Figaro et du Monde et les bobos de gauche de Rue89 et des Cahiers du cinéma. Le résultat en est terrifiant.

Alors comme ça, notre film serait un navet autosatisfait, dépourvu de la moindre subtilité et de toute profondeur, à peine digne d’être diffusé chez les ex-légionnaires du “Droit de savoir”, aussi éloigné de ce que devrait être le cinéma que Joinville-le-Pont l’est de Kuala Lumpur!

Le Figaro, qui consacre à notre chef d’œuvre incompris deux fois moins de place que s’il s’était agi du faire-part de décès d’une rombière solognote, dénonce – entre les lignes – un “cinéma enjuivé”:

…l’histoire méritait d’être rappelée, d’autant qu’elle touche au fondement de notre République. Hélas, le réalisateur empêche tout débat par une subjectivité exacerbée. On aurait aimé entendre à parts égales l’homme de la rue, des religieux et les accusés. Le grand écran supporte mal les témoignages sur fond noir à répétition et l’absence d’images d’audience; le format télé eût mieux convenu.

Faire parler “l’homme de la rue » ! Un tel souhait en dit long sur le poujadisme non assumé de son auteur. Et puis, l’homme de quelle rue, d’abord? La rue du Faubourg-Saint-Honoré, à la limite. Mais si c’est de la rue Léon ou de la rue Marcadet qu’il veut parler, ces cloaques du XVIIIe arrondissement où des moukères voilées jusqu’à l’os marchent sur des pipes de crack avec leurs babouches pendant que leurs enfants vandalisent les bijouteries au lieu d’aller à la maternelle, excusez-moi mais on ne risque pas de faire avancer le débat.

Quant à donner la parole à des religieux, laissez-moi rire – une fois n’est pas coutume! On est en République, je vous signale. Et puis y a Sœur Caroline qui parle en long en large et en travers dans le film. N’est-elle pas à la laïcité ce que Tomás de Torquemada fut au catholicisme et à l’objectivité ce que le string est à la combinaison de ski?

Quant à Rue89, le Mediapart de la séropositivité cinématographique (j’me comprends), ils vont encore plus loin dans l’ignominie:

Leconte réussit le tour de force de me mettre, deux heures durant, mal à l’aise dans mon soutien jusqu’alors inconditionnel à un journal que je respecte et à un éditorialiste que j’apprécie [tu peux toujours jouer les fayots, de toute façon tu seras tondu!, note du philosophe].

Et il faut vraiment qu’apparaisse Abdelwahab Meddeb trente secondes à l’écran pour saisir ce qu’aurait pu être – mieux, ce qu’aurait dû être – un retour serein sur un débat complexe. Témoin à décharge, l’intellectuel tunisien ne peut en effet s’empêcher d’évoquer son trouble devant quelques uns des fameux dessins du Jyllands Posten – prophète à turban explosif en vedette.

Ah, je vais vous en donner, moi, des Cahiers du cinéma d’auteur, du scénario raffiné, de l’introspection sur grand écran, de la mise en perspective historique et sociale… Vous ne perdez rien pour attendre: ça rigolera moins au ciné-club de Guantanamo, devant Le Gendarme à Saint-Tropez!

Vous ne pouviez pas me laisser savourer mon succès cinq minutes, non? Pourquoi en faut-il toujours un pour soulager sa diarrhée dans mes bégonias? À peine en ai-je terminé avec les Laurel et Hardy de l’anarcho-jihadisme à paillettes, Bedos et Onfray, que déjà il me faut reprendre les armes contre un ennemi bien plus menaçant: le mollah munichois bobo-cinéphile.

Se faisant passer pour un critique averti, ce traître à la patrie prend ses ordres à Damas et ses vacances à La Mecque. Sa plume bileuse est trempée dans l’harissa la plus pure, et sa conception du septième art s’est forgée à la lecture des versets sataniques.

Le pauvre Daniel, cette colombe de la Pax Americana, en est tout retourné. Je l’ai croisé ce matin dans les couloirs de la Maison de la Radio, il m’a fait de la peine: on dirait une huître engluée dans le mazout venue s’échouer sur le sable après la marée noire. Ainsi, au pays de Montaigne et de Voltaire il serait désormais possible de blasphémer contre un cinéaste surdoué, en se réfugiant derrière la liberté d’expression! Attendez un peu que BHL, dans Le Point, vous fasse passer le goût des merguez à l’entracte.

Tout avait pourtant commencé comme dans un conte de fées. À Cannes, en mai dernier, dans nos smokings de location, nous étions les héros de la fête. Pour la première fois depuis ma tournée triomphale avec Patrick F… dans les MJC des Deux-Sèvres, en 1979, on m’a même réclamé un autographe – il est vrai que l’adolescente à l’origine de cette demande m’avait confondu avec Thierry Frémont, l’interprète talentueux du personnage de Francis Heaulme dans le docu-fiction de TF1.

Agitant des centaines de petits drapeaux de l’Otan, le public de Cannes nous a fait un triomphe, comme partout où l’on célèbre les soldats de retour du front. Du généralissime Cavanna à l’adjudant-chef Cabu, en passant par le lieutenant-colonel Fourest ou l’amiral Kiejman, cette répétition du défilé du 14 juillet nous mettait du baume au cœur. Là-bas, sur les contreforts escarpés de l’Hindu Kush, à des milliers de kilomètres de Chez Lipp, serrant dans nos mains gelées nos Famas dans la nuit talibane, nous n’avions pas combattu pour des dattes. Le sacrifice de nos camarades des commandos éditorialistes, ces jeunes idéalistes tombés au champ d’honneur sans avoir vu Paris libérée – je pense en particulier à Louis Pauwels, Jean-François Revel, Alain Decau, Jean Dutourd ou Françoise Giroud –, n’avait pas été vain. Anesthésié par trois décennies d’occupation islamique, le petit peuple de Saint-Germain-des-Prés laissait enfin éclater sa joie.

Comment aurions-nous pu imaginer que la dévotion du public cannois cèderait la place, quatre mois plus tard, à la haine sinéphile et cinéphobe d’un quarteron de critiques bourdieusiens nostalgiques de la gouaille d’Oum Kalsoum?

Sans compter que ces gens sont puissants. Ils ont reçu le renfort d’un général… enfin d’un avocat général – en démocratie, je m’étonne d’ailleurs qu’on puisse exercer ces deux professions simultanément –, ce qui en dit long sur les appuis dont ils bénéficient.

Seul contre tous, comme pendant ces années sombres, en pensionnat, où mes camarades de classe – et néanmoins tortionnaires – me surnommaient avec mépris “Spinozza quatre fromages”, je reste digne sous la grêle de la calomnie, les doigts vissés sur mon parapluie anti-emmerdes en titane, le regard résolument tourné vers l’Ouest. Vers Neuilly-sur-Seine, bien sûr, la mère patrie des briseurs de tabous, mais bien au-delà. Plus loin que le Conseil général des Hauts-de-Seine,  par-delà les paisibles contrées balkanyques et les océans pleins d’eau… À des milliers de kilomètres à l’ouest du grand palais aux murs blancs où trône saint George (W.)…

Vers Hollywood, oui, on ne peut rien vous cacher. Comme tant de grands acteurs avant moi, je sens que Paris est devenue trop petite; mon talent s’y sent à l’étroit. J’étouffe. J’ai besoin de grands espaces et de superproductions. J’ai rappelé Kiefer Sutherland, on doit se voir bientôt avec les producteurs de “24 heures chrono”. Je vous raconterai.

Non, ne craignez rien : le voyage est long mais je voyage toujours en business. Et puis, une fois sur place, je dois loger chez un bon pote de Caroline: un ancien Marine qui bosse aujourd’hui dans la surveillance des puits de pétrole en Irak. Un mec un peu soupe au lait, m’a-t-elle dit, mais très accueillant, et dont la baraque est super – surtout la piscine.

Je suis pressé d’y être. J’espère qu’en Californie ils ont Internet, sinon je vous enverrai un fax pour vous tenir au courant.

Allez, Daniel : prends ton banjo et reprends avec moi…

Ici-bas
Ici ou là-bas
Et de haut en bas
Nous sommes TOUS américains !

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , ,

18 Réponses to “Charlie Goes To Hollywood”

  1. Antoine Block Says:

    Cher Philippe,

    Vous exagérâtes, à cause de votre prose, je me suis encore fait dessus !
    La gueule de Thierry Frémont (immense acteur au demeurant, bien que ne supportant pas la comparaison avec votre propre talent) et la « spinoza quatre fromages » remportent la palme (puisque de, il est question).

  2. Donald Rumsfeld Says:

    Bonjour Philippe.

    A ce stade de notre réflexion, je ne sais toujours pas à qui je vais confier le rôle du Grand Méchant pour la nouvelle saison de 24.

    Naturellement, pour interpréter cet islamo-gauchiste et gourou d’une secte stalino-hitlérienne, il faut un acteur possédant une gueule qui, dès sa première apparition, suscite la haine et le désir immédiat d’envahir l’Irak.

    Ton idée de proposer le rôle à Siné est excellente mais ce vieil antisémite n’est guère connu aux USA. Que penses-tu de Chomsky pour ce rôle ?

  3. Arcane Says:

    Au plus perfectible éditorialiste de France …et de Navarre….

    Vous avez remarquez?! Je suis devenu un de veau plus fidèle lecteur !Même si le jus de la tétine nourricière devient un peut trop aigrelet par moment ! J’en profiterai et non sans delectation, par vous décrochez un coup de sabot sur votre croupe de petite vachette acariâtre affolée !
    Tel un bovidé pris au piège dans une arène après avoir reçu quelques banderilles dans son foiron au cuire tanné ,vous éructez une écume calomniatrice visant toute une catégorie de français ….Cette piètre attaque pourrait être mal prise ! Moi elle me fait sourire , non pas parce que je fais parti de ces français que vous semblez mépriser , mais bien parce que la bêtise ne peut prêter qu’à la rigolade .
    je tiens un bastringue dans le 18 ème arr de Paris , marigot dont vous n’aurez jamais l’idée de pousser les portes …Et pour cause…
    Mais moi je les aime ces petits gens et je n’ai aucune honte à dire que j’en fais parti , j’aime cette pluralité , ce bordel organisé que je vis tous les soirs. J’aime ma petite pâtissière marocaine qui vient tous les soirs de l’année donner ses pâtisseries aux plus démunis . J’aime mes petits darons d’origine nordaf aux esprits pétillants venir me tenir le crachoir ainsi que les autres…

    L’intelligence , l’esprit critique ne sont pas réservés à une seule catégorie de personnes…Comme la culture n’est pas le pré-carré de tous les rupins habitants les beaux cartiers ….Les « petits » auraient beaucoup de chose à donner à toutes ces personnes hautaines et pédantes qui se croient tellement supérieures !

    Nos toxicos valent autant humainement que les vôtres . Petits minets qui se bourrent le tarin avec une coke frelatée grâce à l’argent de papa et maman….

    Vous personne de gauche… Mais vous n’êtes plus que le iste du social ! Un bonnet de coton qui ne connait rien de ce que vive une bonne catégorie de français . hormis le fait ,que vous vous fassiez une idée après avoir lu un article dans les pages du monde ! La belle affaire…Vos jugements taillés à la serpe ne peuvent que nous faire rire plus que de nous mettre en colère , parce que vous n’êtes qu’un bouffon…Pas dans le sens péjoratif du terme , mais un amuseur , un clown , un pasquin…Qui à une très haute opinion de lui même ! ce qui le rend encore plus drôle !

  4. philippeval Says:

    @ Antoine Block
    Envoyez donc la note du teinturier au journal : 44, rue de Turbigo, 75003.

    @ Donald
    Ta proposition pour le rôle du méchant est excellente. Je me mets sur le scénario dès ce soir. La bise à Condie.

    @ Arcane
    Comme vous, je connais bien le 18e. Je n’y suis jamais allé en vacances mais je suis abonné au “Point”, qui en parle souvent. Faites attention à vous, tout de même, avec tous ces Nords-Africains que vous semblez fréquenter. Un attentat-suicide est si vite arrivé…

  5. Arcane Says:

    Mais c’est bien là le hic mon p’tit » intello de gauche  » ! Vous ne faites que traverser les quartiers difficiles en touriste…Même si vous n’êtes pas en vacances! Ce qui ne vous empêche pas d’écrire quelques niaiseries sur un ton professoral …. Qu’est ce que vous connaissez de mon quartier ? La butte de montmartre et ses cabarets? Des rinces chicots bien classes qui ont  » l’honneur « de vous avoir comme clientèle…!!Qu’est ce que nous avons fait ,nous , pour avoir le droit à autant de mépris de votre part? Est ce que vous pensez que tous les nordafs , sont tous musulmans? Et s’ils le sont , sont ils pour autant tous pratiquants ? Et même s’il s’avérait qu’ils le soient , de quel droit vous vous permettez de les juger? Un musulman serait un criminel en puissance?!…Non seulement ce n’est pas drôle , mais c’est navrant de stupidité! Vous vous rendez compte de ce que vous écrivez…..? ou est-ce juste pour le plaisir de tenir des propos vexatoires infantiles ?

    Je ne les fréquente pas , je vis avec eux … Je partage beaucoup plus de choses avec eux que le simple fait de les fréquenter! Comme avec le p’tit pépé catho qui a une retraite de misère ! Holala , encore une personne que vous embastilleriez bien …PFFFFFFfffff!

    Hummm …Je me suis juste trompé de journal…Je ne m’attend plus a recevoir une réponse intelligente de votre part … P’être lire encore une réponse toute faite …pour bien vous dérobez !Un truc lourdingue de grand philosophe ! Continuer à me distraire …J’adore!

  6. Nobo Says:

    Excellent !

    Maximum respect, maître…

  7. Chirine Ebadi Says:

    I contact you, dear Mr Val, after having seen your wonderful movie.
    I’ve already saw it three times and brought my best friends, Mrs Ronbeck and Mrs Ytterhorn. They loved it too, and we would be glad and honored to invite you for a lecture in Oslo.
    Indeed, I can confide that we are thinking to you for something more.
    Best regards and good cheer !

  8. Top Posts « WordPress.com Says:

    […] Charlie Goes To Hollywood […]

  9. kerkev Says:

    Cher Philippe, une chose est sûre : ta verve et ton talent sont proportionnels à l’acharnement et à la bassesse de tes vils ennemis. Et, là, je te l’avoue, tu te surpasses, et tu nous épates. Car, « la haine sinéphile et cinéphobe d’un quarteron de critiques bourdieusiens nostalgiques », il fallait aller le dénicher dans les méandres de ton cerveau si parfait. Maximum respect.

  10. Arcane Says:

    Piège …?

    Usurpateur….Ou voulant le faire croire? Falsification …Tromperie sur l’auteur de ces quelques tirades? Faux et usage de faux ….? Ou brouillage de carte laissant à penser tout et son contraire? Qui se cache réellement derrière son clavier? Hummmmmmmmm?Qui c’est qui qui se cache derrière son clavier? Petit coquinouuu?

  11. Arcane Says:

    Sur Arrêt sur image on ne peut qu’être assez dubitatif….
    Un (autre) faux blog de Philippe Val
    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=1414

  12. philippeval Says:

    @ Arcane

    Méfiez-vous: on commence en remettant en cause l’authenticité de mon blog, et puis on finit en prétendant qu’aucun Jean-Marie Bigard ne s’est écrasé sur le Pentagone…

  13. Arcane Says:

    Ouille!! Qu’elle deception ! Après avoir envoyé un mail à Charlie Heddo …La réponse vient de me parvenir…! Et elle confirme les doutes que je pouvais avoir… !
    Bonjour nous ne connaissons pas ce blog et M. Val n’a pas de blog.
    Cordialement
    Laurence Pollet-Villard
    pour la rédaction Charlie Hebdo
    01 44 61 96 21

    Gloupssssssss…Qu’elle misère mister X!!! Pour autant vous z »avez un réel talent d’écriture . Un blog à suivre tout en sachant à quoi s’en tenir…

  14. Jules G Says:

    Philippe, ceci est hors-sujet mais je suis très inquiet : comme l’hôtel Marriott n’existe plus à Islamabad, où va descendre votre ami Bernard la prochaine fois qu’il ira écrire un romenquête au Pakistan ? Il pourra patienter en zone VIP à l’aéroport, c’est toujours là qu’on récolte les plus précieuses informations bonnes pour Le Monde, mais après ? Rassurez-nous. La veuve de Daniel Pearl n’en attend pas moins de vous.

  15. spino-for-ever Says:

    chère Arcane,

    je comprends votre trouble. Je le partage.

    Sans doute faut-il comprendre que la protection policière permanente dont fait l’objet le Maître de Céans depuis la sortie sur les écrans de cinématographe de son Œuvre (certes signée, distraction ou modestie, allez savoir, de son nervis Henri Leconte) Ultime sur la Grande Victoire du Bien contre le Mal, interdit à son petit personnel d’informer le tout venant de ses activités secrètes. En effet, rappelez-vous que le grand homme a reçu des milliards de messages de Haine Antisémite Recuite de la part de ces Nazis de la toile auxquels, grâce à ce blog, il a entrepris aujourd’hui de reprendre cet immense espace de liberté propice à toutes les dérives conspirationistes. On l’a même soupçonné d’avoir érigé sa dernière couille comme un totem sur la place du village global – si j’ai bien compris – ce qui est très, très grave. Très.

    Ou alors cette chère Laurence, actrice sensible formée à la Cie du Châlet par l’infâme Patrick Font, aurait infiltré Charlie Hebdo pour vous enduire d’erreur…

    ou pire encore : notre Philippe adoré n’aurait pas (encore) osé avouer à ses collaborateurs, tous attachés au radiateur de la rédaction, qu’il s’épanchait sur le net comme le premier nazillon venu…?

    S.

  16. Nicolas_Demorand Says:

    Philippe, toujours dans le hors sujet, mais voilà que l’hydre gestapiste infâme de l’Internet se déchaîne de nouveau, en cherchant à discréditer un honnête social-démocrate (donc un traître, pour reprendre ton excellente typologie) en sympathisant d’extrême-droite :

    http://www.bakchich.info/article5130.html

    Je ne doute pas que tu prépares déjà ta riposte…

  17. philippeval Says:

    @ Jules G.
    Rassurez Mme Pearl. Bernard loue une suite à l’année au sein de l’ambassade des États-Unis à Islamabad. C’est à la bonne franquette, mais vous connaissez son goût pour la simplicité. Et puis, Dieu merci, les intégristes n’ont pas encore détruit le Sheraton de Karachi…

  18. philippeval Says:

    @ Arcane
    Séchez vos larmes, Arcane: je suis bien moi, quoi qu’en dise Laurence Pollet-Villard.

    Comme Spino vous l’a très justement expliqué, il ne m’est pas possible d’informer l’équipe de Charlie de l’ouverture de ce blog. Avec tout ce que j’ai tartiné depuis dix ans à propos du Ouèbe, ce lieu dédié à la luxure pédophile, à la spéculation boursière et à la haine judéophobe (tapez « Philippe Val » et « Internet » dans Google, vous ne serez pas déçu), imaginez le scandale dans la rédaction si l’on apprenait que j’éditorialise sur la Toile d’araignée. Cela saperait mon autorité, qui est, comme chacun sait, la chose à laquelle je suis le plus attaché…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :