Néocons’ anonymes

27 avril 2015

AA— Bienvenue à tous, asseyez-vous et mettez-vous à l’aise… Ce soir nous recevons Philippe, un nouvel adhérent, éditorialiste. Je vous demande de lui souhaiter la bienvenue.

[Tous en chœur] Bienvenue Philippe!

— Tout d’abord, bravo Philippe! Nous savons tous ici que ce n’est jamais facile d’admettre qu’on est devenu dépendant. Vous avez eu du courage, je tenais à vous en féliciter… Lire la suite »

Le tautologisme me sert de prêt-à-penser

12 avril 2015

freud— Alors, c’est grave Docteur?

— …

— Répondez quelque chose… vous m’inquiétez, là!

— À votre avis?

— Mais je ne sais pas, moi! Si je le savais, je ne serais pas venu dilapider les dividendes de Charlie Hebdo sur votre divan!

— Pourquoi, selon vous, êtes-vous devenu la risée des réseaux sociaux depuis que vous avez débuté la promotion de ce livre? Lire la suite »

C’est dur d’être pleurés par des cons

11 janvier 2015

image— Putain les mecs, on est mal. J’ai retrouvé les codes du blog de Philippe V. pour communiquer avec en bas, mais on est mal.

— Haha! Charb, tu nous charries ou quoi? Maintenant qu’on est morts, comment tu veux qu’on soit mal?

— Tignous, putain, j’déconne pas. T’as vu ce qui se passe à Paris?

— De quoi tu te plains, chef? Tu voulais de nouveaux abonnés pour sauver “Charlie”, tu vas pas chialer! Aujourd’hui toute la France est abonnée à “Charlie”. “Ouest-France”, à côté, c’est une gazette pour numismates. Lire la suite »

Où je me fais hara-kiri

27 mars 2011

“Un volcan s’éteint, un être s’éveille”, écrivait Pascal dans ses Pensées (à moins que ce ne fût Spinoza dans Voyage au bout de l’ennui). Ce n’est pas sans émotion que je relis aujourd’hui cet aphorisme. Chers lecteurs du Blog de Philippe V., éditorialiste martyr, vous qui m’avez soutenu sans coup férir depuis le complot chavezo-kadhafiste de “l’affaire Siné”, j’ai une bien triste nouvelle à vous transmettre. Après un état de mort clinique de 18 mois, ce blog va subir une interruption volontaire de grotesque. Lire la suite »

France Inter tripotée, mais France Inter libérée

2 septembre 2009
iiiii

– Y a-t-il des questions ?…

– Bon, les enfants, installez-vous vite… Je ne vais pas pouvoir rester longtemps parmi vous, j’ai un TGV qui m’emmène en RTT dans un peu moins de deux heures… Il manque des sièges? Le Gouguec, Pommier, mettez-vous à quatre pattes pour que vos collègues puissent s’asseoir.

Alors les amis, vous le savez, si je vous ai convoqués aujourd’hui c’est pour vous dire deux mots à propos de la Révolution nationale radiophonique que j’ai tricotée depuis que Carla m’a filé les clés de cette turne, je veux dire depuis que Jean-Luc Hees m’a fait la surprise de me nommer dictateur de Fr… enfin plutôt directeur de France Inter, enfin j’me comprends.

Déjà, une bonne nouvelle: il y en a plein parmi vous qui vont enfin avoir le temps de ranger leur bureau et de répondre à leur e-mails en retard. Parce que je ne vous cacherai pas qu’entre les plans sociaux qui s’annoncent et l’effondrement prévisible des cours de l’audience consécutif à ma nomination, les temps qui viennent risquent d’être difficiles. Surtout pour vous… Lire la suite »

Coup d’État à “Là-bas si j’y suis”

29 juin 2009

Daniel Mermet

Daniel Mermet passait le plus clair de son temps pendu au téléphone avec ses camarades bolivariens d'Amérique latine. Ses notes de portable nous coûtaient trop cher, je me devais d'y mettre le holà!

Des vigiles ont arrêté puis expulsé vers le Costa Rica l’animateur de “Là-bas si j’y suis”, Daniel Mermet, qui était sur le point d’organiser une consultation populaire jugée illégale par la nouvelle direction de France Inter. L’hyperphilosophe Alain Finkielkraut a été désigné pour lui succéder.

De la place de la Concorde à celle de la Bastille, des dizaines de milliers de manifestants réclament son retour sur France Inter. Les retransmissions des chaînes de télévision et de radio ont été interrompues, les aéroports de Roissy et d’Orly ont été fermés, l’électricité et les communications ont été coupées dans la capitale. Lire la suite »

Maniaco-remaniement à France Inter

23 juin 2009
val

Quand j'étais petit, je rêvais d'être Léo Ferré. Aujourd'hui, je suis fier d'avoir mis ma vie au diapason de ses chansons: “La révolution tralalère/La révolution tralalère/ La révolution tralalère/Quand ça tralalère trop ça s'casse/Ça s'met dans un coin à glander/Ça s'met dans un coin à glander/Pour longtemps de préférence…”

– Monsieur V. est arrivé, Monsieur le président.

– Bien, faites-le entrer… Salut Philippe, comment tu vas?

– Bonjour Jean-Luc. Ben, ça peut aller… Enfin, disons que ça pourrait aller mieux. Je ne sais pas ce que j’ai fait au bon Dieu des laïques: dès que j’apparais quelque part, les masses laborieuses se révoltent dans le quart d’heure qui suit. À part en Iran, où là – juré, craché –, je n’y suis pour rien.

– C’est justement à ce sujet que je voulais te voir, Philippe. Depuis hier matin mon téléphone n’arrête pas de sonner. Tout le monde me parle de toi, et surtout de ta première décision en tant que directeur de France Inter. Même mon ami Obama est inquiet. Il m’annonce que le Département d’État et le Département de la Défense suivent de près ta future grille des programmes, de peur que tu ne déclenches la Troisième Guerre mondiale. Mais qu’est-ce qui t’a pris Philippe? À peine arrivé, tu vires un gars qui nous a ramené 400.000 auditeurs en quelques mois! Lire la suite »

Radioamateur

17 juin 2009
Pour fêter

Pour fêter mon arrivée à la tête de France Inter, j'ai décidé de faire rebâtir la Maison Ronde dans le maquis du Vercors, sur le modèle de la basilique de Yamoussoukro.

– Allô… ?

– Salut Philippe, c’est Jean-Luc.

– Alors, ça y est ?

– Ben… pas tout à fait. C’est-à-dire qu’en fait, y a toujours un peu de retard. Je suis désolé Philippe, tu vas me détester mais…

– Écoute Jean-Luc, ça fait maintenant deux mois que t’es désolé. Fait chier, merde! Je ne sais plus quoi dire aux journalistes, moi. À chaque fois qu’ils m’appellent, je prétexte queje ne suis pas à Paris, donc je ne suis au courant de rien. Pas étonnant que tout le monde sur le Web se foute de ma gueule.

Et puis je te rappelle que j’ai démissionné de Charlie Hebdo, moi, avec tes conneries. Je suis à poil, maintenant. Plus de boulot, plus de salaire, plus d’amis, et tous les illuminés du Web qui veulent ma peau. Dans un mois, tel que c’est parti, je suis bon pour le RSA. Lire la suite »

L’Appel de Joinville

6 mai 2009
valoponi

France Inter a perdu une bataille contre l'impertinence, mais France Inter n'a pas perdu la guerre à l'humour. Quoi qu'il arrive, la flamme de l'éditorialisme martyr ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas…

À vous je peux bien l’avouer (je sais que ça ne sortira pas d’ici).

Eh bien voilà: malgré mes démentis effarouchés (il fallait me voir, tel une pucelle à peine vêtue téléportée malencontreusement dans les douches du quartier réservé aux longues peines d’un pénitencier portoricain), oui, derrière mes déclarations larmoyantes contre le grand complot dieudonno-tauromachique venu me harceler jusque dans ma villégiature égyptienne (tandis que je méditais, devant le tombeau de Thoutmosis III, sur la suite à donner à ma carrière), en vérité je vous le dis: jeeeeee-juuu-bile!

Ah ouais ! Wallahi ! Un vrai jubilé !

Vous imaginez le truc ? Di-rec-teur-de-Fran-ce-In-ter. Bibi directeur de la première radio publique! Il a raison, au fond, Nicolas: “Ensemble, tout devient possible!” Ben oui, quoi: j’étais simple chroniqueur martyr, avec pour tout bagage mon CAP de guitare sèche et mon doctorat honoris causa de l’Université d’été du Medef, et me voici, du jour au lendemain, golden-parachuté ministre de la Propagande. Avec CX de fonction, secrétaire pour taper mes chroniques à la machine à écrire, sans parler des tickets restaurant ! Le top – à même pas 57 ans. Enfin, je frôle les cimes ! Lire la suite »

Mâchoire carrée et Maison ronde

4 avril 2009
videur

Ah non, désolé M'sieur Mermet, je crois que ça va pas être possible. Ordre du nouveau patron…

– Philippe, j’ai beaucoup d’estime pour toi. D’puis qu’chuis tout p’tit, j’lis tes éditos dans L’Figaro, et c’t’un peu grâce à toi si je m’suis lancé dans la politique. Alors j’ai décidé d’te nommer à la tête de France Inter

– Mais, Monsieur le Président, moi, j’écris dans Charlie Hebdo. Et seulement depuis 1992…

– Oui, bien sûr, c’est c’que j’voulais dire. J’ai tendance à confondre ces deux journaux… C’que j’aimerais, c’est qu’tu fasses pour France Inter c’que t’as fait pour Charlie HebdoLire la suite »